Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Neelogy insère les nanotechnologies dans la mesure du courant

| | | | | | |

Par publié le à 09h00

Neelogy insère les nanotechnologies dans la mesure du courant

Le capteur ouvrant s'insère sur un câble comme un anti-vol

La société Neelogy développe des capteurs de courant électrique ''prêt à l’emploi'' : il suffit de les enrouler autour d’un câble. A la base de cette innovation : un matériau nano structuré alliant la souplesse d’un polymère aux propriétés magnétiques d’un céramique.

 

La mesure des courants électriques est capitale pour caractériser les consommations énergétiques d’un système. Problème : les capteurs existant doivent s’intégrer physiquement aux conducteurs, soit en "shunt", soit en anneaux à enfiler autour d’un cable, ce qui implique des temps d’installation et donc une immobilisation du système. En réponse à ce constat, Neelogy développe des capteurs isolés non-intrusifs : ses capteurs s’enroulent et se "clipsent" autour du câble à la manière d'un antivol. « Ces capteurs relèvent en fait la valeur du champ magnétiques. Par une simple application du théorème d’Ampère, on peut établir un lien avec la valeur du courant continu », souligne Lionel Cima, co-fondateur de Neelogy.

Pour fabriquer un capteur alliant caractéristiques magnétiques adéquates et souplesse, la star-up a développé la technologie à effet Néel, reposant sur un nouveau matériau composite dit ''superparamagnétique''. « Il s’agit d’exploiter le comportement original de certaines particules sous l’effet d’un champ magnétique, lorsqu'elles sont réduites à l’échelle nanométrique », explique Lionel Cima. En dispersant ses nanoparticules ferromagnétiques dans une matrice polymérique, la société propose aussi un capteur polyvalent. « L’autre avantage, de ce matériau, c’est qu’il est aussi précis pour les faibles courants, de l’ordre de la dizaine d’ampères, qu’en très forts courants allant jusqu’à plusieurs milliers d’ampères », précise Lionel Cima.

L’idée d’utiliser cette rupture technologique pour de nouveaux capteurs est née en 2005 des visions croisées des trois fondateurs de la société. Lionel Cima, ancien enseignant chercheur en électronique à l’ENS Cachan, dirige alors une société de prototypage et de transfert technologique. Par ce biais, il rencontre Luc Lenglet, qui explore des applications du superparamagnétisme pour le diagnostic médical à la tête de sa start-up Magnisense. Daniel Lalu, ancien expert en capteurs automobiles chez PSA, oriente les applications vers des capteurs polyvalents et faciles à monter pour le secteur des transports.

Fondée en 2006, Neelogy optimise d’abord sa technologie avant d’établir un partenariat avec la SNCF en 2008, avec un soutien d’Oseo. Objectif : implémenter des capteurs en courant continu pour mesurer la consommation des trains. A l'heure actuelle, un certain nombre de ces capteurs sont toujours à l’essai.

Au-delà de ce terrain de test ferroviaire, la start-up s’apprête à sortir cette année deux gammes commerciales. L’une, prévue en juin 2012, vise des capteurs ''de poche''  pour faciliter la mesure de courants dans les projets de recherche et développement. La seconde, dont la date de sortie n’est pas précisée, vise des capteurs fixes en environnement industriel.

Hugo leroux


Neelogy en bref : 

Création : juin 2006
Les créateurs : Lionel Cima, Daniel Lalu, Luc Lenglet
Implantation : Cachan (94)
Effectif : 19 personnes
Chiffre d’affaires : 1M€ (prévisionnel 2012)
Site web : http://www.neelogy.com
Contact : Lionel Cima
Tél : +33 (0)1 83 64 10 53
E-mail : contact@neelogy.com

 
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur