Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Ne pas rater le coche de la chimie verte

| | | | | |

Par publié le à 14h48

Ne pas rater le coche de la chimie verte

Denis Lucquin, président de Sofinnova Partners

Né au début des années 1990, le concept de chimie verte peine encore à être industrialisé, les grands de la pétrochimie commençant tout juste à réaliser le potentiel de la biomasse. Mais il n'est pas impossible qu'ils se retrouvent dépassés par des sociétés spécialisées dans les biotechnologies, dont l'activité croît rapidement. Point de vue de Denis Lucquin, président de Sofinnova Partners.

Les biocarburants font beaucoup parler d'eux, mais il ne s'agit pas encore de technologies matures et leur ancrage sur le marché ne se fera pas véritablement avant 2020. En revanche, l’essor des biotechnologies dans la chimie, encore appelée chimie verte, a lieu en ce moment. Des poids lourds comme Michelin, BASF, Bayer, Mitsubishi, n’ont pas vu arriver le changement et se retrouvent face à un mur un peu comparable à ce qu’a connu l’industrie pharmaceutique dans les années 1990. Ce n’est pas l’appauvrissement des pipelines et la fin de droit des brevets qui est ici en cause, mais leur forte dépendance au pétrole. La plupart des entreprises n’ont effectivement pas appris à travailler à partir de la seule autre ressource aujourd’hui viable économiquement, c’est-à-dire la biomasse.

Rachat massif de start-ups

Comme la pharma, la chimie va donc se mettre à racheter massivement des start-ups avec une maîtrise particulière des biotechnologies. La façon de faire de la R&D va également être repensée. On le voit chez Michelin qui jusqu’ici avait une démarche très protectionniste et déposait un minimum de brevets, et mise maintenant sur l’open innovation. L’idée principale derrière cela est de rattraper le retard accumulé sur le biosourcé. Cela ne suffira pas forcément, car ce qui était encore il y a quelques années des start-ups sont devenues des concurrents féroces.

Citons l’américain Amyris qui envisage un milliard de dollars de chiffre d’affaire d’ici quelques années, et se met ainsi à l’abri d’un rachat par une grande compagnie. Les Etats-Unis tiennent le haut du pavé, avec un rythme de création de sociétés soutenu depuis 7 ou 8 ans dans le domaine de la chimie verte. Il est crucial de soutenir la même politique d’innovation en Europe, qui connait actuellement ses premiers frémissements. Il y a d’ores et déjà des success stories comme le producteur d’acide succinique Bioamber qui prépare actuellement son entrée en bourse et collabore déjà avec les plus grands (Dupont, Mitsubishi, Lanxess).

Denis Lucquin,

Président de la société de capital risque Sofinnova Partners

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur