Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Nanomakers industrialise ses nanopoudres

| | | | |

Par publié le à 17h58

Nanomakers industrialise ses nanopoudres

François Ténégal montre un échantillon de nanopoudre de carbure de silicium

Nanomakers, une spin-off du CEA, a inauguré officiellement aujourd’hui sa ligne de production de nanopoudres de carbure de silicium. Elle livre des lots commerciaux depuis mars 2012 pour des clients japonais.
 

Une durée de vie 7 fois supérieure et 25 % de résistance mécanique en plus. Le carbure de silicium de la start-up Nanomakers a le potentiel de devenir l’agent dopant des matériaux de nombreuses industries, de la défense à l’aéronautique et l’automobile en passant par l’électronique et le bâtiment. Lors de l’inauguration de son unité de production sur un site industriel reconverti à Rambouillet (78), qui s'est déroulé le 23 novembre 2012, le directeur général François Ténégal a par exemple évoqué la possibilité de « moteurs d’avions plus économes et plus performants » grâce à des revêtements intégrant son produit.  

Les nanoparticules de carbure de silicium sont vendues autour de 2 000 euros le kilogramme sous plusieurs formes : poudre sèche, granulés et pâtes ou suspensions liquides. Leur taille est également ajustable, de 10 à 100 nanomètres, en jouant sur différents paramètres de la réaction. L’intégration aux produits est ensuite assurée par les clients de Nanomakers. « Plus les particules sont dispersées dans le matériau, mieux c’est », a expliqué François Ténégal au cours de la visite.

Pour l’instant, la capacité de l’usine de Rambouillet se limite à dix tonnes par an. Mais la start-up veut doubler ce volume d’ici mi-2013 avec l’installation d’un nouveau réacteur. Le carbure de silicium n’est en outre pas le seul nanomatériau développé par Nanomakers, puisque son procédé de pyrolyse laser peut fabriquer cinquante types de nanoparticules différentes.

Le marché se situe essentiellement en Asie et au Japon, précurseur dans l’utilisation des nanomatériaux. Mais, sans dévoiler le nom de leurs partenaires, les dirigeants de Nanomakers ont déclaré avoir un certain nombre de contrats en cours avec des industriels français et européens.

Ludovic Fery 

Pour en savoir plus consultez notre article détaillant le procédé de Nanomakers

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur