Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

MSC Software se renforce sur les matériaux avec l’acquisition d’e-Xstream

| | | | | | |

Par publié le à 23h09

MSC Software se renforce sur les matériaux avec l’acquisition d’e-Xstream

Simuler l'état de la matière en tous points d'une pièce pour en optimiser le comportement

Le généraliste du calcul multi-physiques fait l’acquisition d’un éditeur belge impliqué dans la simulation des matériaux plastiques renforcés et des composites. Il entend ainsi pouvoir lier finement la géométrie des pièces et la structure des matériaux qui les composent pour en optimiser le comportement sous charge.

MSC Software, spécialiste des solutions de simulation multidisciplinaires, vient de faire l'acquisition d’e-Xstream engineering, éditeur et prestataire de services belge impliqué dans la simulation avancée des matériaux, qu’il s’agisse de plastiques renforcés de fibres hachées ou de composites à fibres continues. La technologie de cette spin-off de l'Université catholique de Louvain créée en 2003 est utilisée dans de multiples industries pour concevoir et optimiser des ‘‘systèmes de matériaux’’ innovants, afin d'améliorer les performances des produits les incorporant.

« L'introduction d'un nouveau matériau dans un produit peut coûter au constructeur des dizaines de millions en essais en conditions réelles, ce qui limite les possibilités d'innovation. Notre objectif avec cette acquisition est de faire disparaitre la frontière entre l'ingénierie des matériaux et l'ingénierie des structures mécaniques, afin de permettre une utilisation généralisée de matériaux avancés, tout en aidant les fabricants à réduire considérablement le coût des essais physiques nécessaires pour valider un nouveau matériau », estime Dominic Gallello, CEO de MSC Software, pour justifier cette acquisition.

L’offre d'e-Xstream fait appel à la micro-mécanique non linéaire pour modéliser une vaste de gamme de matériaux et de phénomènes physiques en prenant en compte leurs procédés de fabrication (injection, compression ou drapage). Sa plate-forme de modélisation non-linéaire et multi-échelle Digimat, utilisant les méthodes à champ moyen ou des éléments finis, s'interface avec la plupart des logiciels d'analyse structurale par éléments finis, notamment MSC Nastran, Marc, Abaqus et Ansys.

Le recours à la simulation de ces matériaux avancés permet de réduire les tests physiques nécessaires pour les valider avant d’en autoriser l'application pratique dans des produits. Combinée aux outils de simulation de MSC Software, la technologie d'e-Xstream permet d'entreprendre la simulation des matériaux aux diverses étapes de leur développement, afin d'améliorer la prévision des défaillances et de permettre l'application des marges de sécurité calculées aux composants structurels in situ.

Au lieu de caractériser les marges de sécurité des matériaux pour les appliquer de façon générique et uniforme à tous les composants d'une structure, les entreprises peuvent concevoir des composants dont les marges sont calculées directement en chaque endroit de la pièce subissant les charges critiques. Il est ainsi désormais possible de tirer pleinement parti des promesses des matériaux avancés en ingénierie.

Une acquisition qui renforce le savoir-faire de MSC Software dans le domaine des matériaux en lui donnant notamment la possibilité de lier finement la géométrie des pièces et la structure des matériaux qui les composent pour en optimiser le comportement sous charge. Des couplages qui intéresseront sans aucun doute des industries en pointe sur l’utilisation des composites, telle l’aéronautique et bientôt l’automobile.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.mscsoftware.com/France & http://www.e-xstream.com/

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur