Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Microsoft déploie ses technologies pour l'industrie 4.0

| | | | |

Par publié le à 11h18

Microsoft déploie ses technologies pour l'industrie 4.0

Le casque de réalité augmentée Hololens de Microsoft, s'adapte à l'environnement des usines

La transformation numérique de l'industrie et des services représente un relais de croissance important pour les géants de l'informatique. Microsoft affûte ses solutions avec pour ambition de devenir l'un des acteurs majeurs de l'industrie 4.0.

C’est une annonce qui ne laissera pas de marbre le secteur industriel. Le géant de l’informatique Microsoft a annoncé début avril vouloir faire passer ses investissements mondiaux dans l’internet des objets (IoT) de 1,5 milliard de dollars (1,27 milliard d’euros) à 5 milliards de dollars (4,24 milliards d’euros) sur les quatre prochaines années. Cet apport servira à financer principalement les travaux de recherche et de développement dans ce domaine, ainsi que la recherche de partenariats, avec pour objectif de banaliser les objets connectés dans les entreprises industrielles et de services. « La transition numérique touche tous les secteurs de l’économie et les entreprises adoptent de nouveaux outils. Notre mission est de nous adapter à ces besoins nouveaux », a appuyé Laurent Curny, directeur de la division entreprise et services de la filiale française du spécialiste de l’informatique. Microsoft parle même « d’un changement de paradigme pour la société », qui s’est tournée vers des solutions plus collaboratives, développées en partenariat avec ses clients.

Des briques technologiques

Dans un espace dédié de son campus d’Issy-les-Moulineaux, un centre d’innovation a été conçu pour aider les industriels à trouver la solution numérique la plus proche de leur besoins. Dans le domaine de l’usine et de l’industrie 4.0, Microsoft a choisi d’appuyer son offre sur un triptyque technologique : le cloud Azure, dédiée aux services et capable de centraliser les données collectées dans l’environnement de travail, la technologie Edge, qui permet de transférer une partie de l’intelligence du cloud aux objets connectés lorsque ceux-ci sont coupés du réseau puis de réintégrer les informations collectés pour alimenter le processus d’apprentissage (machine learning), et enfin la « computer vision », c’est à dire la capacité des ordinateurs à reconnaître les objets dans l’environnement de travail. Une technologie qui intégrera la prochaine génération des casques de réalité mixte Hololens, qui connaissent un certain succès dans l’industrie. « Ce sont des briques technologiques que s'approprient les clients, pour mettre en place leurs propres solutions », appuie Laurent Curny. 

Une surveillance en temps réel

Des entreprises comme Schneider Electric, Thyssenkrupp ou encore RollsRoyce se sont engagées dans cette démarche de co développement. « Les industriels ont changé leur manière de commercialiser leur produits », pointe Laurent Curny, « RollsRoyce, par exemple, ne commercialise plus seulement des moteurs d’avion, l’entreprise fournit désormais un nombre de kilomètres parcourus à ses clients. C’est un changement important qui nécessite une surveillance en temps réel et une réactivité sans faille ». Le cloud Azure permet ainsi au constructeur d’analyser en temps réel le fonctionnement des moteurs installées et de déclencher des opérations de maintenance en amont des avaries. Le système dépasse même le cadre des simples opérations de maintenance : « Le système permet de détecter si un moteur consomme trop de carburant. Un simple réglage à la prochaine escale permet à la compagnie aérienne de réaliser des économies », souligne Benoît Le Pichon, responsable de la communication chez Microsoft pour les technologies dédiées à l’industrie et aux services. Le système mis au point par RollsRoyce, qui ne comportait au début que 4 algorithmes de maintenance prédictive, en possède ajourd'hui près de 120.

Microsoft a donc de solides arguments à faire valoir pour le secteur industriel. Mais, si ces technologies ont séduit de grands groupes internationaux, il reste encore à les rendre accessibles pour les PME et les ETI qui composent la grande majorité du secteur industriel français. Le dernier baromètre sur la transformation numérique réalisé par EY et Apax Partners et paru en février 2018, indique que 47% des ETI industrielles a lancé des expérimentations pour incorporer plus de numérique, mais plus d’une sur deux n’a toujours pas de feuille de route ou de stratégie bien définie...

 

 

 

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur