Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

MicroCarb, le satellite français de mesure de CO2 entre en phase de réalisation

| | | | |

Par publié le à 17h41

MicroCarb, le satellite français de mesure de CO2 entre en phase de réalisation

Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l'Énergie et de la Mer, est venu annoncer à Toulouse une nouvelle tranche de financement par la France, via le PIA (Programme d’investissements d’avenir), pour le satellite de mesure de CO2 MicroCarb, dont le projet entre en phase de réalisation.

A l’occasion de son déplacement à Toulouse au CNES (Centre national d’études spatiales), ce vendredi 10 mars, la Ministre de l’Environnement, de l'Énergie et de la Mer, Ségolène Royal est venue annoncer un soutien financier supplémentaire au programme MicroCarb : 75 millions d'euros au titre du PIA (Programme d'Investissements d'Avenir), qui vont venir accompagner la nouvelle phase de réalisation du projet. Une nouvelle tranche de financement qui vient compléter les 25 millions d'euros décidés dès décembre 2015, dans le cadre de la COP 21, accordés pour la première phase de définition du programme. « Après une phase d'études préliminaires du projet, nous venons de boucler plusieurs étapes de validation de concepts. Les premières maquettes sont prêtes et nous allons pouvoir engager dès le mois d'avril 2017 les phases de développement et de réalisation», précise François Buisson, chef du projet MicroCarb au Cnes.

Une cartographie très précise des émissions de CO2

Rappelons que l’objectif de MicroCarb est de cartographier, à l’échelle planétaire, les sources et puits du principal gaz à effet de serre : le gaz carbonique (CO2). L’instrument de mesure de MicroCarb, un spectromètre à réseau, sera capable de mesurer la teneur en CO2 sur l’ensemble de la colonne atmosphérique avec une grande précision (de l'ordre de 1 ppm), est d'assurer une surveillance de l'ensemble des territoires de la planète, avec la possibilité de mesurer précisément les quantités de CO2 émises par les villes, la végétation ou l’océan.

Le développement de cet instrument fait l'objet d'un partenariat avec le laboratoire des sciences du climat et de l'environnement et avec l’institut Pierre-Simon Laplace. Sa réalisation a été confiée à Airbus Defence and Space. Il sera embarqué sur une plateforme pour micro-satellites de la filière Myriade, développée par le CNES. Cet outil d'observation spatial est particulièrement compact et pèse à peine 200 kg (contre 600 kg pour le satellite américain Orbiting Carbon Observatory-2). « Le fruit du génie français et plus spécifiquement du génie toulousain », a tenu à souligner le président du Cnes, Jean-Yves Le Gall. L'intégration sera quant à elle assurée dans le cadre d'une collaboration avec l'agence spatiale anglaise.

Un lancement prévu en 2020

Les premières études de faisabilité de l'instrument et du système spatial avaient été conduites dès les années 2011 à 2013. Le programme, officiellement lancé en 2015, a été défini sur la base d'un budget global de 130 millions d'euros, dont les deux tranches successives de 25 et 75 millions d'euros financées au titre du PIA et 10 millions d'euros de la part des partenaires britanniques. Une enveloppe de l'Europe est encore en attente. Le lancement du satellite est actuellement programmé pour 2020. Il faudra encore attendre quelques mois, vers mi-2020, pour que la mission MicroCarb soit opérationnelle.

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur