Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

MES : des besoins différents suivant les acteurs

| | | |

Par publié le à 15h45

MES : des besoins différents suivant les acteurs

Tous les services de l'entreprise n'ont pas les mêmes attentes vis-à-vis du MES.

Une étude du club MES montre que les Directions Informatiques et Les Directions Industrielles n’ont pas les mêmes besoins et souhaitent avoir une meilleure visibilité sur les principaux apports du MES, ainsi que son fonctionnement.

Le Club MES a dévoilé à l’occasion de la 4e édition des Assises du MES qui s’est tenue le 07 juin à Paris, les résultats d’une étude qu’il a menée sur la compréhension et les différences qui subsistent dans la perception du MES entre les Directions Informatique et Industrielle.

Rappelons que le MES (Manufacturing Execution System) est devenu aujourd’hui un maillon essentiel pour le cycle de production des entreprises. Couvrant les domaines de l’ordonnancement, de l’exécution des fabrications, de la traçabilité, de la gestion de la qualité et de l’analyse de performance, il y apporte une solution homogène, dont les fonctions et interfaces avec l’ERP ou les équipements de production sont aujourd’hui largement normalisées.

Les résultats de cette étude sont basés sur les retours de questionnaires adressés à près de 10 000 Directions Informatique et Industrielle de tout secteur : santé ; automobile ; sécurité civile ; industrie nucléaire ; agrochimie ; etc. Ils mettent en évidence de nombreux besoins liés aux processus de fabrication et une bonne prise de conscience de la valeur ajoutée du MES sur certains aspects de la production.

D’ailleurs, un tiers des répondants a déclaré avoir mis en place une solution MES, ce qui signifie que cette démarche éveille un grand intérêt chez les industriels. Quoiqu’il en soit, les Directions Informatique et Industrielle souhaitent avoir une meilleure compréhension du fonctionnement du MES et une vision précise de ses domaines d’application.

Le MES reste mal connu

Selon les résultats de l’étude, près de 62 % des Directions Informatique et Industrielle interrogées déclarent ne pas connaître ou connaître insuffisamment le principe général de fonctionnement du MES. Cependant, le niveau de connaissance est plus élevé du côté des Directions Industrielles (42,55 % connaissent bien ou très bien le MES) que de celui des Départements Informatiques (28,58 %). Logiquement, les deux directions confondues, affirment ne pas avoir une bonne visibilité des acteurs qui composent ce marché (éditeurs, intégrateurs, cabinets de conseil).

« Ces résultats prouvent qu’un travail de sensibilisation et d’éducation des industriels est encore indispensable. Ils confirment également que Les Assises du MES sont un rendez-vous privilégié pour échanger des informations et des bonnes pratiques », estime Philippe Allot, Vice-Président du Club MES.

Tracer les flux de production

Pour les Directions Informatiques, parmi les 9 besoins de production évoqués, pouvoir suivre et tracer les flux de production est une priorité pour près de 67 % d’entre elles. Viennent ensuite le besoin de garantir la qualité (61,90 %) et la possibilité de fournir des indicateurs précis de production (52,38 %). Quant aux Directions Industrielles, pouvoir délivrer le produit ‘‘Juste à temps’’ et bénéficier d’indicateurs précis est capital (respectivement 65,96 % et 61,70 %). Il est également nécessaire pour les directions de production de pouvoir fiabiliser les données qui remontent des ateliers dans le système ERP (55,32 %).

Les besoins sont bien présents, pourtant à peine 30 % des entreprises interrogées sont équipées d’une solution MES. Or, la valeur ajoutée du MES est globalement bien reconnue de la part des Directions Industrielles, ce qui est moins vrai pour les Directions Informatiques. En effet, si les Directions Industrielles estiment comprendre la valeur ajoutée du MES sur le cycle de production à 68,8 %, les Directions Informatiques ne sont que 42,86 %. Le même écart se vérifie sur la réactivité liée au MES. Cependant, les deux directions partagent l’idée que la notion de valeur ajoutée la plus visible du MES repose sur la qualité.

Un projet d’entreprise

Enfin, si l’on note également que la décision de mettre en place un projet MES revient aux deux départements, presque 60 % des personnes interrogées estiment que le périmètre de cet applicatif concerne avant tout les Directions Industrielles des entreprises. Or, afin que l’implémentation d’une solution M.E.S soit actée, la démarche doit être collégiale. Il est donc essentiel que l’intérêt d’une telle démarche soit identifié à la fois par les Directions Informatiques et les Directions Industrielles.

« La prise de conscience de l'intérêt du MES, tant par la Direction Industrielle, la Direction Informatique que la Direction Générale des entreprises s'inscrit dans une perspective plus large. Il s'agit en effet d'une vision de la fabrication moins axée sur la recherche de coûts de main d'œuvre de plus en plus bas, que sur la compétitivité globale des produits fabriqués. L'exemple de l'Allemagne a pu montrer que choisir d’orienter son développement vers une production plus performante permettait souvent d'éviter des délocalisations, qui engendrent un coût social élevé », conclut Philippe Allot.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.club-mes.com
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur