Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Lorsque le béton devient pictural

| | | | |

Par publié le à 15h55

Lorsque le béton devient pictural

Un décor floral imprimé sur une boîte en mortier

Un siècle après les rusticages, éléments de décors imitant les branches réalisés en mortier de ciment, l’artiste Fabrice Davenne dompte un mortier très malléable et réussit même à imprimer dessus des décors personnalisés, véritables tatouages autorisant de nombreuses fantaisies architecturales.

L’utilisation du mortier de ciment pour créer des objets décoratifs remonte à la fin du XIXe siècle pour agrémenter les parcs et jardins, de kiosques, de rambardes, de ponceaux, de bancs et de tables aux allures très végétales. Sous la spatule des artistes, les éléments de ces décors réalisés en mortier de ciment autour d’une armature métallique (fers à béton et grillage), reprenaient en effet les formes tortueuses de branches et l’aspect de leurs écorces. Chaque ouvrage est alors une œuvre d’art unique. C’est ce que l’on appelait à l’époque le Rusticage.

L’un des exemples les plus importants de cet art est le Parc des Buttes Chaumont à Paris, qui a été ouvert à l’occasion de l’exposition universelle de 1867 pour illustrer les savoir-faire français en matière d’espaces verts.

                           
                                         Un kiosque avec une balustrade
                                         qui illustrent bien les rusticages

Très présent dans les grands parcs publics, cet art s’est aussi immiscé dans les jardins des maisons bourgeoises des grandes villes et diffusa rapidement vers les stations balnéaires où les notables prenaient leurs quartiers d’été dans leurs villas. Un art qui est ensuite tombé en désuétude dans l’entre-deux guerres.

Un mortier issu de la recherche

Mais l’arrivée de nouvelles technologies numérique pourrait bien redonner leurs lettres de noblesse au ciment et au béton comme éléments de décor. C’est ce qu’essaye de faire Fabrice Davenne, un artiste autodidacte qui, après une carrière dans l’immobilier, se consacre à la sculpture et au design, avec comme matériau de prédilection, le mortier !

Il utilise pour cela un mortier très haute performance (MTHP), le i.design Effix Crea mis au point par Ciments Calcia. Celui-ci est un pré-mélange constitué de sable, de fibres de verre alcali résistantes, de liants et d’adjuvants, issu d’un travail de recherche commun entre les deux laboratoires R&D du groupe Italcementi, le i.lab à Bergame en Italie et Technodes SAS à Guerville (78). Sa composition unique le rend apte à épouser avec souplesse les formes les plus complexes et à reproduire avec finesse les détails délicats. C’est cette malléabilité extrême que Fabrice Davenne se plaît à exploiter pour concevoir des objets décoratifs et éléments d’aménagement intérieur, voire extérieur.

Un béton créatif

Véritable matière vivante entre les mains de l’artiste, il lui garantit une vraie liberté de création. « Le béton a toujours été le produit que j’avais le plus envie d’utiliser et d’exploiter sous toutes ses facettes, confie Fabrice Davenne. J’ai expérimenté de nombreuses techniques, en béton coulé ou en béton ciré. Si mes débuts avec le i.design Effix Crea ont été un peu “capricieux”, j’ai appris à dompter ses spécificités et à faire avec lui des choses impossibles à réaliser avec d’autres bétons ».


        Fabrice Davenne
         dans son atelier

Fabrice Davenne a ainsi réussi à descendre bien en dessous des épaisseurs minimales préconisées, créant des pièces d’une finesse et d’une légèreté telles qu’il semble insoupçonnable qu’elles soient bel et bien conçues en béton. « J’aime aussi sa capacité à prendre les couleurs d’une façon qui m’est très personnelle, avec un fini marbré particulièrement esthétique, poursuit-il. Aujourd’hui c’est finalement le matériau que je trouve le plus simple à travailler et celui qui m’apporte le plus de possibilités ».

Boîtes, tables, tableaux, bas-reliefs, sculptures murales, panneaux extérieurs… Quel que soit l’objet sur lequel il travaille, Fabrice Davenne met avant tout l’accent sur la délicatesse qu’offre le matériau. « Je moule ainsi des compositions florales fraîches dans un silicone spécial, puis j’y coule le i.design Effix Crea. Ce mortier est un véritable photocopieur ! Au démoulage, le résultat est d’une délicatesse extrême et reproduit chaque nervure de feuille. Lorsque les gens découvrent ces œuvres, ils se demandent souvent comment je les réalise, tant on y distingue jusqu’au plus infime détail. Certains pensent qu’il s’agit de véritables végétaux recouverts d’une pellicule de mortier ! »

Un tatouage numérique

Des possibilités décuplées depuis qu’il a réussi à mettre au point une technique exclusive d’impression numérique qui ‘‘tatoue’’ littéralement le mortier. Grâce à des encres qu’il a modifiées pour qu’elles tiennent sur le mortier, il piège des couleurs dans la matière avant de la vernir. Le grain du mortier ajoute une dimension minérale à l’image, ce qui rend le résultat encore plus intéressant. « Loin d’une coloration superficielle, ce ‘‘béton pictural’’ est véritablement ‘‘tatoué’’. D’une part, ce procédé permet une personnalisation extrême, n’importe quels décors ou photos peuvent être ainsi imprimés sur la réalisation en béton, et d’autre part, il garantit la tenue des couleurs dans le temps ».

Une durabilité appréciable pour des projets à plus grande échelle, comme par exemple le parement d’une façade. Dans ce cas justement, la liberté de réalisation apportée par ce ‘‘béton pictural’’ permet de passer outre certaines impossibilités techniques. Envie d’un parement de façades façon ronce de noyer ? Là où la réalisation en bois précieux ne peut être réalisée, le béton imprimé présente une alternative originale. Le Rusticage du XXIe siècle en quelque sorte.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.davendesign.fr & http://fr.i-nova.net

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur