Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

LLTech zoome sur l’intérieur des tissus humains

| | | | |

Par publié le à 09h00

La start-up parisienne développe un microscope pour observer l’intérieur des tissus humains. Le procédé, né dans les labos de l’école d’ingénieurs ESPCI, permet aux médecins de réaliser des biopsies sans manipulation.

 

La tomographie de cohérence ne vous évoque peut-être rien, mais elle a fait le bonheur de LLTech. Cette start up s’est créée fin 2009 pour valoriser les recherches menées en la matière à l’Ecole Supérieure de Physique Chimie de la ville de Paris (ESPCI). Ayant raflé dans la foulée un Prix du Ministère de la recherche dans la catégorie Création d’Entreprises, elle débute cette année la commercialisation de son microscope Light CT Scanner. Premier marché visé, l’examen des biopsies : « Après l’extraction d’une tumeur du sein, notre microscope permet d’effectuer une coupe virtuelle à l’intérieur des tissus. Sans manipulation, le médecin peut rapidement vérifier que la tumeur a été entièrement extraite », explique le fondateur de LLTech Bertrand Le Conte de Poly

Comparable dans son principe à l’imagerie aux ultrasons, la tomographie de cohérence mobilise la réflexion non pas d’ondes ultrasonores mais lumineuses. L’Institut Langevin, à l’ESPCI, s’en est fait un champ de recherche : « En sélectionnant la lumière à une profondeur choisie, on peut voir à travers des milieux diffusants comme la peau », explique Claude Boccara, chercheur de l’institut. Via quelques publications scientifiques remarquées, ses travaux parviennent à Bertrand Le Conte de Poly, ingénieur passé par un MBA à HEC. L’entrepreneur et le chercheur projettent ensemble de les valoriser dans un microscope pour l’imagerie des tissus biologiques. 

Histoire de symbiose

Chez LLTech, la collaboration entre ingénieurs et chercheurs tient de la symbiose. « Dans une si petite équipe, il faut être touche à tout », explique Bertrand de Poly. Pour accompagner les ingénieurs dans le développement d’un prototype, Claude Boccara a dû quitter son précarré de recherche. De son côté, la start-up suit de près les travaux de l’Institut pour identifier de nouvelles applications à sa technologie. Conséquence logique, elle a fini par déménager ses locaux au sein de l’ESPCI en 2011. Une manière d’intensifier les échanges et la mutualisation des moyens. « Le voisinage de l’école apporte une diversité d’interlocuteurs et de compétences extrêmement vivifiante », souligne Bertrand Le Conte de Poly. De nombreux élèves-ingénieurs de l’ESPCI ont ainsi pu s’initier à la recherche appliquée en effectuant leur stage chez LLTech.

Les partenaires nourrissent maintenant un nouveau projet : adapter leur technologie à l’endoscopie. « Cela veut dire redimensionner notre microscope pour mieux observer des lésions ou tumeurs à l’intérieur du corps humain », résume Bertrand Le Conte de Poly. Cette nouvelle piste, retenue dans un appel à projets ANR, a provoqué l’embauche de deux thésards en contrat CIFRE.

Hugo Leroux

Pour en savoir plus : le site de LLTech

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur