Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Lisa Airplanes veut démocratiser l’avion amphibie

| | |

Par publié le à 00h02

Lisa Airplanes veut démocratiser l’avion amphibie

Les essais sur le Lac du Bourget

Le constructeur français Lisa Airplanes poursuit les essais de son Akoya et dévoile les matériaux qu’il va utiliser pour son mini avion amphibie haut de gamme livrable en fin d’année. Et une version électrique est dans les cartons.
 

Lisa Airplanes est une société française qui a une vision de l’aéronautique orientée vers l’homme et sa mobilité. L’audace de son équipe, mêlant intimement technologie et design, l’a amené à développer l’Akoya, un avion amphibie biplace à l’esthétique unique et aux multiples capacités.

Décollant depuis l’eau, la terre ou la neige, il atteint la vitesse de 250 km/h et peut parcourir jusqu'à 1 600 km grâce à sa très faible consommation de 6,5l/100km. L’atterrissage se fait en moins de 200 m. Disposant d’ailes pivotantes, il se range dans un garage. L’une des originalités de l’Akoya réside dans ses Seafoils – ailettes sustentatrices placées sous le fuselage – qui dégagent le fuselage de l’eau à très basse vitesse sans que celui-ci ne soit équipé de redan et carène. L’avion peut alors accélérer rapidement et décoller sur une courte distance en conservant une grande stabilité et maniabilité.

L’Akoya est développé pour répondre à la réglementation LSA (Light Sport Aircraft) - nouvelle norme américaine en passe de devenir un standard international, à l’instar de l’Europe avec la mise en place de la CS-LSA. En vue de sa certification, l’Akoya poursuit sa campagne d’essais sur l’aéroport de Chambéry-Savoie et sur le lac du Bourget.

Maniabilité et stabilité

« L’Akoya évolue aisément au contact de l’eau jusqu’à des vitesses de 90 km/h, élargissant encore son domaine d’utilisation. Nous sommes ravis des résultats donnés par les Seafoils, que ce soit en termes de maniabilité, de stabilité ou de performances. Nous avons bousculé les codes de l’hydraviation, mais le fruit de notre travail est aujourd’hui salué par les plus grands experts », estime Jean-François Clavreul, Responsable Recherche & Développement chez Lisa Airplanes.

En vol chaque semaine, le premier exemplaire de présérie de l'Akoya a permis de valider une grande partie des performances annoncées. Récemment le pilote d’essais, Gérald Ducoin, a effectué les essais de décrochage avec plusieurs configurations de centrage et différentes positions de volets, qui ont révélés un comportement très sain de l’avion. L’Akoya décroche à plat, c'est-à-dire qu’à 45 kts, l'avion tend à descendre, mais le nez de l'appareil reste toujours au dessus de la ligne d'horizon. L’avion conservant stabilité et contrôle sur tous les axes, il suffit au pilote de pousser le manche pour rétablir la vitesse et annuler le décrochage. Cette attitude est le résultat des choix de conception et des 4 années d’expérimentation en soufflerie et en vol.

Composites, titane, aluminium et cuir

En parallèle, les ingénieurs de Lisa Airplanes finalisent la préparation de la production de l’Akoya. Les différents éléments de structure et le choix des matériaux sont figés. Le fuselage, les voilures et une multitude de petites pièces sont réalisées en matériaux composite : fibre de verre ; kevlar ; mousse hydrophobe haute densité et surtout fibre carbone pré-imprégnée de résine époxy très haute qualité, fournie par Umeco. Ce composite est reconnu pour sa durabilité exceptionnelle et un rapport résistance/poids sans commune mesure. Les pièces métalliques sont, quant à elles, en titane et aluminium, matériaux dont les propriétés ne sont plus à vanter, et toutes protégées contre la corrosion.

Cette optimisation de la masse globale, leitmotiv de l’aéronautique, a permis de réaliser un avion à 410 kg de masse à vide, tout en étant doté d’un équipement de série inimaginable pour la catégorie d’avions LSA : Parachute intégral ; ailes pivotantes assistées ; ouverture et fermeture de verrière électriques ; train rentrant équipé de skis ; peinture nacrée ; cockpit intégralement revêtu de matériaux nobles ; sièges en cuir ; etc.

En attendant la version électrique

Mais Lisa Airplanes réfléchit aussi à une aviation légère respectueuse de l’environnement. C’est son projet Hy-Bird propulsé par un moteur électrique qui est à la fois plus silencieux que les moteurs thermiques, plus léger et plus performant en altitude.

 

                          

                                             Le projet Lisa Hy-Bird


L’Hy-Bird utilisera uniquement des énergies renouvelables pour sa propulsion :

 

  • l’hydrogène, par le biais d’une pile à combustible, alimente l’avion pour son vol en vitesse de croisière. Hélion, constructeur français de piles à combustible travaille en collaboration avec Lisa Airplanes pour développer une pile adaptée aux contraintes de l’aéronautique ;

  • l’énergie solaire, par le biais de cellules photovoltaïques, apposées sur l’aile et sur l’empennage, et de batteries, complète la puissance délivrée par la pile à combustible pour le décollage et les phases de montée. Un partenariat a été noué avec Trina Solar, un des leaders mondiaux dans la fabrication de cellules photovoltaïques pour équiper l’Hy-Bird.



Les bases de développement de l’Akoya sont utilisées pour l’Hy-Bird : le fuselage est le même et les ailes sont simplement adaptées pour recevoir les cellules photovoltaïques.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.lisa-airplanes.com/fr/
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur