Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Les secrets des moteurs des voitures électriques

| | |

Par La rédaction publié le 01/02/2016 à 10h00

Editions
Abonnés

Si tous les moteurs électriques se ressemblent, les choix de technologies et d'architectures de conception conduisent à des différences notables en fonction de l'application envisagée. De plus, les critères de coût de fabrication et de fiabilité ont un impact fort sur les solutions développées par les constructeurs automobiles.

L 'arrivée de la voiture électrique dans nos rues concrétise un vieux rêve dont les premières réalisations remontent déjà à la fin du XIXe siècle. En effet, la « Jamais contente », bolide propulsé par deux moteurs Postel-Vinay de 25 kW, fut en 1899 le premier véhicule à dépasser les 100 km/h. Mais il faudra tout de même attendre plus d'un siècle pour voir arriver la démocratisation et la diffusion à plus grande échelle des voitures électriques et ceci dans de nombreux segments, de la Twizy biplace de Renault à la berline de luxe de Tesla-Motors. Cet intérêt pour la traction électrique automobile est principalement dû aux performances des moteurs électriques (fort rendement, réversibilité, maîtrise du couple...), qu'il s'agisse des technologies classiques (MCC, MS et MAS) ou plus confidentielles (RV).   D éjà reconnus depuis plus d'un siècle pour leur très bon rendement et pour leur réversibilité énergétique, les machines électriques tournantes possèdent une autre propriété très intéressante pour l'application à la traction automobile : la facilité de maîtrise de leur couple sur une très large plage de vitesses. En effet, dans le domaine de la traction automobile, que la motorisation soit thermique, électrique ou hybride, on souhaite disposer à basse vitesse d'un couple maximal, puis au-delà du point de fonctionnement nominal, on doit pouvoir augmenter le régime, tout en gardant la puissance constante (Fig. 1) . Alors que ces propriétés, et particulièrement la première à basse vitesse, sont très contraignantes pour un moteur thermique, elles apparaissent comme presque « naturelles » pour les moteurs électriques. Pour comprendre cet « avantage concurrentiel », il est primordial de savoir comment on génère un couple moteur à partir de[…]

Vous devez être abonné à Industrie & Technologies pour accéder à ce contenu

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous

Déjà abonné ?

Email Invalide

Mot de passe Invalide

Mot de passe oublié ?
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique