Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Les piles à combustible entrent au musée

| | | | |

Par publié le à 17h59

Les piles à combustible entrent au musée

Les voitures à hydrogène font déjà leur entrée dans les musées des techniques

Hyundai va donner quatre de ses premiers prototypes de Hyundai ix35 utilisant une pile à combustible alimentée à l’hydrogène (Fuel Cell) à des musées européens. L’objectif est de renforcer l’image de marque du constructeur et de faire découvrir cette technologie aux visiteurs passionnés.

Si la catalyse hétérogène de la réaction d'électrolyse de l'eau, technique à l'origine de la pile à combustible, a été découverte en 1839 par le chimiste allemand Christian Schönbein, et si la réalisation de la première pile à combustible de laboratoire a été effectuée quelques années plus tard par le gallois William Robert Grove, il faudra attendre la reprise de leurs travaux par l’ingénieur britannique Francis Thomas Bacon pour arriver à des prototypes industriels de puissance (1 kW en 1953, 5 kW en 1959).

Une pile à combustible fonctionne de manière inverse par rapport à une électrolyse. La création de l’électricité y est due à l'oxydation sur une électrode d'un combustible réducteur couplée à la réduction sur l'autre électrode d'un oxydant.

On peut utiliser de multiples combustibles, mais les piles à combustible les plus courantes font appel au couple dihydrogène/dioxygène ou dihydrogène/air, notamment à cause de l'abondance des ressources en hydrogène sur Terre et de la facilité de production du dihydrogène. Cette réaction produit de l'électricité, de l'eau et de la chaleur. Notons que pour accélérer réaction d'oxydation de l'hydrogène il faut utiliser un catalyseur, généralement du platine. Ce qui explique en partie le coût de cette technologie, l’autre coût important étant celui des membranes échangeuses d’ions, et le fait qu’elle fut réservée dans un premier temps aux applications spatiales, à commencer par les missions Apollo.

D’Apollo à l’auto

Mais la technologie évoluant et se démocratisant de multiples autres applications plus ‘‘grand public’’ ont été envisagées dont notamment en automobile pour alimenter les voitures électriques. Dès le début des années 2000 de multiples démonstrateurs ont été réalisés par tous les grands constructeurs automobiles pour développer et valider cette technologie. Chez certains de petites séries de véhicules ont même été commercialisées auprès de clients-tests, mais les premiers véhicules à hydrogène de grande série arrivent seulement, tel le Hyundai ix35 Fuel Cell vendu à 250 exemplaires en Europe depuis 2014 ou la Toyota Mirai disponible depuis l’été, tandis que les autres constructeurs devraient leur emboiter le pas à partir de 2017.

Le ix35 Fuel Cell est déjà en vente dans 11 pays européens. Il est équipé d'un moteur électrique de 100 kW développant 136 ch. Il peut atteindre une vitesse maximale de 160 km/h et bénéficie d’une autonomie de presque 600 km avec une recharge d’hydrogène. Il ne produit aucune émission nocive lors de la conduite.

 

C’est dans ce contexte que Hyundai Motor, pour valoriser son image de pionnier matière d’hydrogène, a décidé de faire don de quatre de ses premiers ix35 Fuel Cell à des grands musées du transport et de la technologie en Autriche, au Danemark et en Allemagne. Des voitures qui ont parcouru plus de 250 000 kilomètres sur les routes européennes depuis leur immatriculation en 2012.

« Hyundai Motor a été pionnier dans les recherches de motorisations alternatives, c’est pourquoi il est important pour nous que notre véhicule électrique à pile à combustible alimentée à l’hydrogène soit reconnu comme une avancée majeure dans le développement de l'industrie automobile. En partageant ces voitures avant-gardistes dans de grands musées à travers l'Europe, nous participons à informer des millions de consommateurs à propos de cette technologie innovante », a estimé Thomas Schmid, Directeur général Hyundai Motor Europe, lors de la remise des véhicules.

Vous pourrez retrouver le Hyundai ix35 Fuel Cell dans les musées suivants : Musée des Techniques de Vienne (Autriche), Musée Danois des Sciences et Technologies de Copenhague, le Musée Allemand des Techniques de Berlin et le Musée de l’Automobile de Hohenlohe (Allemagne), qui reçoivent au total plus de 2,5 millions de visiteurs chaque année.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.fuelcell.eu & http://www.hyundai.fr

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur