Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Le siège automobile de 2020 sera très connecté

| | | | | | |

Par publié le à 17h54

Le siège automobile de 2020 sera très connecté

Beaucoup de connectivité et d'assistance pour plus de sécurité

Pour Patrick Koller, responsable de l’activité siège du groupe Faurecia, les évolutions en cours de notre perception de l’automobile vont, à l'horizon 2020, fortement impacter la conception des sièges présents dans nos véhicules. Architecture, matériaux, connectivité … tout va changer et Faurecia a déjà de nombreux développements en cours.

Lors de l’inauguration du laboratoire d’électronique du TechCenter de Brières-les-Scellés (91), Patrick Koller, Executive VP de l’activité siège de Faurecia, a donné la vision du groupe sur ce que serait un siège automobile en 2020 et levé un coin du voile sur un certain nombre de développements en cours.

« Il y a un certain nombre de pistes d’évolution de l’automobile pour les années à venir qui vont fortement modifier notre métier. La première est la connectivité », prévient-il. En effet, la voiture sera de plus en plus connectée au monde extérieur notamment via les Smartphones, voire des liaisons Internet directes.

Grâce à la connectivité via les Smartphones, le siège se réglera automatiquement à l’approche du conducteur. Mais cette connectivité apportera aussi au siège un certain nombre d’informations extérieures, telles la météo ou le trafic, qui changeront les réglages du siège pour augmenter la vigilance du conducteur.

Des commandes tactiles seront toutefois disponibles pour modifier facilement les réglages ou additionner un certain nombre de fonctionnalités. La connectivité facilitera aussi les téléchargements et la production d’applications destinées aux différentes fonctions du siège.

Toutes ces nouvelles fonctionnalités tireront partie des multiples systèmes pneumatiques et électriques pilotés par une électronique embarquée dans le siège, qui commencent à trouver place dans les sièges des actuels véhicules haut de gamme, pour améliorer et personnaliser le confort des passagers en s’adaptant à leur morphologie.

« On peut même à termes envisager des systèmes intégrés de massages avancés pour aider à maintenir la vigilance du conducteur et favoriser la relaxation des occupants d’une voiture. Nous travaillons d’ailleurs avec la Nasa sur de nouvelles générations de capteurs capables de mesurer ces états », confie Patrick Koller.

Revoir aussi l’architecture

Grâce au développement de plates-formes de communication standard, il deviendra possible d’interfacer les différents équipements d’un véhicule et de les faire communiquer entre eux. Les sièges n’y échapperont pas.

Par exemple des systèmes audio seront directement intégrés au siège pour répondre aux besoins d’une population vieillissante au niveau mondial. Ainsi au Japon des hauts parleurs sont déjà intégrés dans l’appui-tête pour assurer un ‘‘relais-son’’, afin que le conducteur reçoive bien les différents messages importants pour la sécurité.

Côté architecture même du siège, l’habitabilité des véhicules va augmenter, en particulier pour les petites voitures, ce qui imposera de concevoir des sièges plus fins, notamment conçus pour proposer plus de place au niveau des genoux pour les places arrière.

De même, la cinématique d’escamotage des sièges pour les places arrière va être revue, afin de devenir motorisable. Bien évidement, le chauffage, le refroidissement et la ventilation des assises et dossiers, actuellement réservés aux sièges des véhicules de luxe, vont se démocratiser.

Les aspects environnementaux seront également extrêmement importants. Ce qui va avoir un impact important sur les matériaux que seront utilisés pour les sièges, à la fois pour les structures et les mousses, notamment en termes d’allégement des produits. Les matériaux plastiques pourraient ainsi remplacer les métaux pour certaines parties.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.faurecia.com

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur