Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Le serveur informatique refroidi avec la chaleur de ses puces

| | | | | |

Par publié le à 16h17

Fujitsu a développé un procédé de refroidissement qui exploite la chaleur dissipée par les processeurs au cœur des serveurs. Ce système pourrait générer une économie de 20 % sur la consommation électrique du système de climatisation des datacenters.

Utiliser la chaleur dissipée par les microprocesseurs pour refroidir les serveurs informatiques ! L’idée peut paraître incongrue. Elle est pourtant développée par Fujitsu.

Le constructeur informatique japonais vient d’en démontrer la faisabilité en développant une technologie capable de produire de l’eau glacée à partir de la chaleur dégagée par les puces. Cette eau glacée peut ensuite alimenter le circuit de climatisation des datacenters pour en réduire la consommation électrique de 20 %. Un gain appréciable quand on sait que la climatisation représente en moyenne 40 % de la consommation d’énergie des datacenters.

Produire en continu de l’eau glacée à partir d’une source chaude est un procédé physique connu. Mais il nécessite une source chaude à une température constante supérieure à 65°C. Or la chaleur dégagée par le microprocesseur se caractérise par des températures inférieures qui sont, en plus, variables en fonction des sollicitations des serveurs. Ceci empêche son exploitation de manière efficace pour le refroidissement.



                  

                                       Schéma de fonctionnement de la technologie


Les chercheurs de Fujitsu contournent le problème en développant deux dispositifs. Le premier réside dans un nouveau matériau qui extrait efficacement la chaleur de l'eau à des températures relativement basses (55°C). Le second consiste en un système de régulation qui ajuste le débit d’eau de refroidissement du microprocesseur à sa charge de travail de manière à ce que la température de l’eau en sortie reste comprise entre 40 et 55°C. Ainsi il devient possible par un procédé de pompe à chaleur de ramener l'eau de refroidissement à une température de 15°C à 18°C.

Fujitsu poursuit ce développement pour fiabiliser cette technologie dans le but de la déployer dans les datacenters vers 2014. Le constructeur japonais voient aussi des applications dans les usines, les immeubles de bureaux, les générateurs d'énergie solaire, et à des fins autres que le conditionnement d'air.

Ridha Loukil

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur