Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Le pneu-roue de Michelin s'adapte à tous types de route grâce à l'impression 3D

| | | | | |

Par publié le à 15h16

Le pneu-roue de Michelin s'adapte à tous types de route grâce à l'impression 3D

La structure du pneu Vision, de Michelin, s'inspire du biomimétisme.

Baptisé "Vision", le nouveau concept de pneu de Michelin pourrait s'adapter à n'importe quel type de route, à n'importe quel moment, par ajout de matière, via des bornes d'impression 3D.

Un pneu sans air, biodégradable, et capable de s’adapter selon le type de route et les conditions météo. C’est le concept dévoilé par Michelin lors du symposium Movin’on qui se tenait, la semaine dernière, à Montréal. Première surprise : le pneu, baptisé "Vision", se présente dépourvu d’air. Sans pression, il s’avère donc increvable selon son concepteur. C'est en fait sa structure biomimétique, formulée dès la conception grâce au generative design, puis imprimée en 3D, qui lui assure sa robustesse. Le generative design permet de créer et concevoir automatiquement une pièce en fonction de contraintes mécaniques, géométriques, thermiques, indiquées au préalable ; la structure du produit fini s'inspire souvent de formes végétales ou minérales. Couplée à l'impression 3D, elle permet de réaliser des formes inédites.

 

Ici, le pneu, réalisé d'un seul tenant, fait office de roue. Sa structure en alvéoles de différentes tailles se rigidifie progressivement à l’approche de l’emplacement habituel des jantes. Conçu à partir de matériaux naturels (paille, bois…) ou recyclés (canette, anciens pneumatiques...), il est entièrement biodégradable.

 

Des bornes d'impression 3D pour redessiner les pneus

 

C’est également l’impression 3D qui permet à ce pneu de s’adapter aux usages de ses utilisateurs. Michelin a imaginé un système de borne d’impression 3D devant laquelle les véhicules pourraient s’arrêter afin de modifier, par ajout, et pour un temps limité, le dessin et la forme de la bande de roulement, selon les conditions météo ou le type de route à emprunter. Ces bornes pourraient également servir à la réparation.

En cas de dégradation, c’est d’ailleurs le pneu, connecté, qui informe l’utilisateur, via une application embarquée, du niveau d’usure des bandes de roulement. C’est également via cette application que ce dernier peut programmer la réimpression.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Une réaction

Amandilh
Le 28/06/2017 à 08h38
Des pneuX ? Pour rouler sur les caillouS et faire peur aux hibouS, peut-être ? Ça ne s'arrange pas l'orthographe chez les journalistes...

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur