Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Le planeur Perlan II d’Airbus pulvérise son record d’altitude

| | | |

Par publié le à 10h52

Le planeur Perlan II d’Airbus pulvérise son record d’altitude

Construit dans l'Oregon, le planeur d'Airbus emporte des instruments scientifiques pour étudier l'atmosphère qui n'est pas perturbée par son passage.

En s’élevant à 23 km, l’avion sans moteur d’Airbus a dépassé son précédent record établi l’an dernier à 16 km d'altitude. Permis grâce aux forts courants d’air ascendants rencontrés dans la région d’El-Calafate (Argentine), l’exploit réalisé le 2 septembre 2018 par Perlan II fait partie d’une série de vols dont l’objectif est aussi scientifique.

 

Il y a un an, Perlan avait battu son record personnel en s’élevant à presque 16 000 mètres d’altitude sans moteur. Le 2 septembre 2018, le planeur pressurisé d’Airbus s’est élevé bien plus haut en dépassant les 23 000 mètres. Quelques jours plus tôt, il avait déjà pulvérisé son record personnel en atteignant successivement plus de 19 200 mètres et 20 000 mètres les 26 et 28 août 2018. La mission se poursuit jusqu’à mi-septembre, tant que les courants ascendants particulièrement forts de la région d’El-Calafate (Patagonie) le permettent.

Lors de leurs vols, les deux pilotes du planeur profitent des vents violents qui frappent les versants des montagnes des Andes et forment des courants ascendants. Combinés au vortex polaire qui circule autour des pôles, ils créent des mouvements d’air qui peuvent dépasser les 30 000 mètres d’altitude. Le Perlan est quant à lui conçu pour atteindre 27 400 mètres.

Au-delà de la performance, Airbus indique dans un communiqué que ces vols permettent de récolter des données à des fins scientifiques : « En étudiant une zone sous-explorée de l’atmosphère, Perlan nous en apprend sur l’efficacité des vols à haute altitude, la détection de sources de courants ascendants et l’évitement de turbulences, et même sur la faisabilité de l’exploration martienne à l’aide d’appareils munis d’ailes. »

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur