Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Le nucléaire à l'ère de la réalité augmentée

| | | | | |

Par publié le à 17h24

Le nucléaire à l'ère de la réalité augmentée

Tablette et réalité augmentée permettent de faciliter les opérations de contrôle de conformité des pièces

La Société Française de l’Energie Nucléaire (SFEN) a récompensé, le 29 juin lors de sa 34ème édition des Prix SFEN, des innovateurs liés au secteur nucléaire. Parmi les projets récompensés,  TQC2 s'appuie sur la réalité augmentée pour optimiser les opérations de contrôle de conformité.

« Tel que conçu, tel que construit », soit TQC2, c’est le nom du projet technologique qui a valu à une équipe New AREVA et AREVA NP de remporter, ex-aequo avec une équipe du CEA, le Prix SFEN de l’innovation technologique. Ce projet démarré en 2015 a pour but de faciliter les opérations de contrôle de conformité dans des environnements complexes, tels que des installations industrielles nucléaires. Il combine l’utilisation d’une tablette tactile et de la réalité augmentée via le modèle 3D « Tel Que Construit » et la réalité du terrain, le « Tel Que Conçu ».

La réalité augmentée permet de projeter dans l’environnement réel des éléments virtuels, en 2D ou en 3D : informations pratiques ou dynamiques, superposition de plans détaillés sur les structures existantes, des vidéos et tutoriels sur les procédures pour effectuer une opération.

Pendant que l’équipement est filmé avec la caméra de la tablette, il devient possible de superposer les plans originaux, et donc d’acter  le fait que la pièce est bien conforme aux attentes. Techniquement, le principe est de superposer le modèle 3D en surbrillance sur la vidéo « temps réel » affichée sur la tablette. L’algorithme de calage a été développé par le CEA et intégré par la start-up Diota Soft, issue du CEA. Il permet de reconnaitre les formes du modèle 3D dans le flux vidéo de la caméra. Les éléments à contrôler sont déclarés comme une check-list. L’opérateur est sûr de ne rien oublier. Sur le terrain, il enregistre la conformité ou non de chaque équipement et peut ainsi produire son rapport beaucoup plus rapidement. La PME Diota répondait à un challenge déposé sur la plateforme AREVA Innovation PME, qui permet de soumettre aux PME et start-up les problématiques opérationnelles d’AREVA.

L’autre lauréat du Prix SFEN de l’innovation technologique est une équipe du CEA, pour l’étude, la réalisation et la mise en oeuvre d'un système de mesure en ligne du flux de neutrons rapides dans les réacteurs d'irradiations technologiques. Ce système, valorisé par deux brevets, est la première et unique instrumentation permettant la mesure du flux de neutrons rapides.

Le Grand Prix SFEN sur le risque hydrogène

La SFEN a également décerné son grand prix SFEN aux ingénieurs-chercheurs du CEA, d'EDF et de l'IRSN pour leurs travaux sur le risque hydrogène. L'équipe animée par Etienne Studer, ingénieur-chercheur au CEA, et composée d'une dizaine de professionnels issus de l'organisme de recherche, d'EDF et de l'IRSN, mène depuis plus de 20 ans des travaux sur le risque lié à l’hydrogène, et travaille à augmenter la sûreté des réacteurs vis-à-vis de ces risques grâce au développement couplé d'outils numériques et expérimentaux.

D’autres prix ont encore été attribués. Le Prix de la meilleure thèse a été alloué à Amélie Rouchon pour ses travaux sur le bruit neutronique. Elle a mis en place des outils de calcul neutronique permettant de prédire le bruit au niveau des détecteurs. L'algorithme est aujourd'hui intégré dans le code de calcul 3D neutronique multi-filière du CEA (APOLLO 3). Le Prix Jacques Gaussens a été attribué à Romain Dagnellie, pour son développement de nouveaux capteurs de composés organiques permettant des mesures très fines des polluants atmosphériques. Une start-up a été créée pour continuer le développement de ces capteurs adaptés aux besoins industriels. Enfin, la SFEN a encore attribué un Prix de l’enseignement et de la formation à deux auteurs d’ouvrage de référence, et le Prix de l'information du public pour le projet accessible à tous d’EDF.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur