Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Le nouveau terrain de jeu d’Apple ? Votre ADN !

| | |

Par publié le à 12h03

Le nouveau terrain de jeu d’Apple ? Votre ADN !

Selon la MIT Technology Review, Apple voudrait développer des applications de tests génétiques. Elles s'appuieraient sur la plate-forme logicielle ResearchKit.

Apple pourrait dévoiler au mois de juin prochain de nouvelles ambitions en matière de génétique, en sa'appuyant sur sa plate-forme logicielle ResearchKit. Objectif : ajouter des fonctionnalités de tests génétiques, et même permettre aux utilisateurs de partager leurs données génétiques aussi facilement que leur position géographique.

Bientôt, les utilisateurs d’iPhone pourraient partager les données de leur ADN aussi facilement que leur position géographique, selon la Technology Review. Le magazine édité par le MIT révèle dans un article exclusif le nouvel intérêt d’Apple pour la génétique.

Selon des sources proches du dossier, la marque à la pomme pourrait dévoiler en juin prochain, lors de sa conférence annuelle dédiée aux développeurs (WWDC), de nouvelles fonctionnalités pour son projet ResearchKit. Déployé en mode open source en mars dernier, ce cadre logiciel entend transformer l’iPhone en outil pour la recherche médicale en permettant aux utilisateurs volontaires de transmettre à différents centres de recherche les données issues des applications de santé de leur iPhone, regroupées sous le drapeau HealthKit. L'initiative vise à réaliser de nouvelles études de grande ampleur pour mieux appréhender des pathologies comme l'asthme, le diabète ou les maladies cardiovasculaires.

Désormais, Apple souhaiterait passer à l’étape supérieure. Objectif : créer des applications qui permettent de réaliser des tests génétiques. Dans cette optique, la firme de Cupertino aurait déjà noué deux partenariats pour mener des études basées sur l’ADN avec l’université de Californie à San Francisco et le Mount Sinai Hospital de New York. Le premier partenariat vise à identifier les causes des naissances prématurées. L’étude s’appuierait sur des données génétiques couplées à des données physiologiques de femmes enceintes récupérées par le biais de leur smartphone. La MIT Technology Review ne détaille pas l’objet du second partenariat mais précise que, pour ces deux premières expérimentations, les données génétiques ne seraient pas directement analysées par Apple. Gérées par les équipes scientifiques partenaires, les données seraient stockées dans le cloud et certaines informations pourraient directement apparaître dans le smartphone des utilisateurs. Ces derniers pourraient alors très facilement partager leurs données génétiques avec les différents professionnels de santé, comme ils partagent actuellement leurs données de localisation avec leurs amis. 

Apple n’est pas le seul à s’intéresser à notre ADN. En juillet dernier, Google a mis sur pied une équipe de chercheurs pour mener la Baseline Study, étude qui doit déterminer ce qu'un individu sain signifie d'un point de vue cellulaire et moléculaire. Plus généralement, le corps humain tend à devenir le nouveau terrain de jeu des géants du web qui investissent de plus en plus le domaine de l'e-santé. 

>> Lire notre article : Transhumanisme : la nouvelle lubie des "tech companies"

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur