Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Le métal se fait mousser

| | | |

Par publié le à 18h02

Le métal se fait mousser

Les procédés de fonderie de mousse métallique peuvent réaliser des pièces constituées principalement de trous.

La fonderie de structures alvéolaires autorise une liberté quasi totale dans la conception de pièces métalliques. Grâce à des noyaux, organisés ou aléatoires, détruits au contact du métal en fusion, les structures peuvent être composer à 85 % de trous.

Les pièces réalisées par un process de transformation métallurgique sont en général pleines. Au mieux, elles sont évidées grâce à l’utilisation de noyaux de sable dont le liant est détruit au contact du métal en fusion. La société Alveotec, créée fin décembre 2011, industrialise un procédé baptisé castfoam (littéralement ''mousse de moule''). Il devient possible de fabriquer, en fonderie, des structures alvéolaires et donc des pièces comprenant jusqu’à 85 % de trous.

Cette technologie, sur laquelle le Centre technique des industries de la fonderie (CTIF) a déposé trois brevets, concurrence les systèmes de déformations de treillis métalliques, la technique d’injection d’un agent moussant pour faire mousser l’alliage en fusion (le TiH2 pour l’aluminium) ou le frittage de poudre (prototypage rapide). Le noyau utilisé dans le castfoam est aussi de sable et de liant, mais sous forme de galettes se superposant pour créer le négatif de la forme à obtenir. Les trous dans la pièce finale peuvent faire de 10 à 70 millimètres de diamètre. Les applications visées se trouvent dans l’allégement, l’absorption d’énergie lors de chocs mais plus encore dans les échangeurs thermiques. Proche, le procédé de fonderie à mousse stochastique donne aussi des éponges métalliques, mais dans lesquelles la position des trous est aléatoire : le moule est rempli de billes denses constituées d’une poudre organique qui se délite lorsque coule le métal.

Charles Foucault

  • Mousse métallique

    Gros plan d’un échantillon de mousse régulière en aluminium réalisé au CTIF.

  • Echangeur Chaleur Fonderie

    Prototype d’échangeur de chargeur en mousse de cuivre.

  • Mousse métallique fonderie

    Mousse d’aluminium à pores de 70 mm réalisée au CTIF.

  • Noyau fonderie mousse métallique

    Noyau de sable pour le procédé de fonderie de mousse métallique régulière.

  • Mousses métalliques fonderie

    Ces procédés marchent aussi bien avec l'aluminium qu'avec le cuivre.

  • Mousse stochastique fonderie

    Pièce de design en mousse d’aluminium stochastique.

  • Noyau de mousse stochastique

    Noyau de billes organiques denses pour le procédé de fonderie de mousse métallique stochastique.

Play Pause diaporama Le métal se fait mousser
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur