Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Le logiciel QSAR Toolbox met la toxicologie à portée des PME

| | | | |

Par publié le à 17h59

Le logiciel QSAR Toolbox met la toxicologie à portée des PME

Evaluer la toxicité des molécules

L’OCDE a publié la troisième version de son logiciel gratuit QSAR ToolBox. Cette boîte à outils vise à faciliter la prédiction de la toxicité des molécules, notamment pour les PME. Elle enrichit les méthodes alternatives aux expérimentations animales pour constituer les dossiers d’enregistrement de substances chimiques, dans le cadre de règlementations comme Reach.

« Depuis la première version en 2008, l’ambition de QSAR Toolbox est de prédire le mode d’action d’une molécule sur l’organisme avec une base scientifique suffisante. Elle s’appuie à la fois sur des modèles statistiques, qui extrapolent l’effet des molécules d’après leur structure, et sur des données d’essais toxicologiques », explique Bob Diderich, chef de la division environnement, santé et sécurité à l’OCDE.

Trois innovations enrichissent cette nouvelle mouture de cette boite à outils. Elle intègre d’abord l’évaluation des mélanges simples, grâce à des modèles permettant de prédire l’interaction des constituants. Seconde innovation : elle prend en compte les incertitudes liées à la "tautomérisation". Autrement dit, le fait qu’une même molécule peut présenter des configurations géométriques différentes, donc des toxicités différentes. Enfin, il devient possible de prédire la  "métabolisation", le processus de dégradation d'une molécule au sein de l'organisme, qui tend à résulter en des sous-produits plus toxiques.

QSAR Toolbox version 3.0 constitue un outil à l’adresse des industriels –notamment les PME - souhaitant pratiquer la toxicologie prédictive. Selon Bob Doderich, ses nouvelles possibilités le rapprochent des logiciels payants. Plus performants, ces derniers demeurent inaccessibles aux PME pour cause de coûts prohibitifs. « Trop de dossiers d’enregistrements risquent d’être retoqués par l’Echa [ndlr : l’autorité européenne en charge des risques chimiques] car ils reposent sur des analyses prédictives sans base scientifique solide », déplore Bob Doderich.

Les concepteurs de QSAR Toolbox espèrent voir la communauté des utilisateurs  passer de 3 000 à 5 000 dans les deux prochaines années. Une quatrième version est déjà en projet pour 2014. Elle devrait réinventer l’ergonomie du logiciel, qui s’est largement complexifiée depuis la première version et approfondir les questions de métabolisation.

Le logiciel QSAR Toolbox est accessible sur le site de l’OCDE

Hugo Leroux

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur