Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Le film transparent se transforme en capteur

| | | | | |

Par publié le à 10h36

Le film transparent se transforme en capteur

Principe de la télécommande piézoélectrique de Murata

Le Japonais Murata a développé un capteur basé sur un film polymère piézoélectrique. Il détecte pression, courbure, torsion et étirement. Une innovation pour les interfaces homme-machine.

Le film plastique inerte, c’est du passé. Le fabricant japonais de composants électroniques Murata veut en faire un capteur de pression et de déformations. Et il le prouve en développant un dispositif de mesure basé sur un film polymère piézoélectrique. Ce film se caractérise par une sensibilité piézoélectrique élevée (180 x 10-3Vm/N), par une transparence supérieure à 98 % et l’absence d’effet pyroélectrique (pas d’impact des changements de température sur le comportement électrique). Le capteur peut mesurer la pression, mais aussi des déformations comme la torsion, l’étirement ou la courbure.

Ce dispositif trouve ses applications sur les écrans tactiles et les interfaces homme-machine. Murata a fait la démonstration de son potentiel à travers l’exemple d’une télécommande de télévision. Pas de boutons. La télé se pilote en étirant, courbant ou tordant la télécommande. Le fabricant japonais a également réalisé un écran tactile où cette technologie sert à agrandir l’objet touché en fonction de la pression qui lui est appliquée par le doigt.

Pas d'impact de la température

Il y a environ un, la société japonaise Kuraray a fait état du développement d’un film polymère piézoélectrique susceptible de servir de capteur de pression dans la santé, le sport et les interfaces de produits de loisirs. Mais selon Murata, les films piézoélectriques développés jusqu’ici se caractérisaient par leur pyroélectricité. A une variation de température, ils répondent en générant un courant électrique. Une caractéristique qui les empêche d’être utilisés comme capteurs de déformation, car on ne saurait pas si le courant généré est dû à la variation de température ou à une déformation.

Murata semble avoir résolu le problème en mettant au point un film piézoélectrique sans pyroélectricité, en coopération avec la Kansai University et le chimiste japonais Mitsui Chemicals. Il prévoit la livraison des premiers échantillons au printemps 2012.

Ridha Loukil

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur