Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Le Cetim traque les micro-fuites chez Total E&P Congo

| | | | | | |

Par publié le à 23h37

Le Cetim traque les micro-fuites chez Total E&P Congo

Eviter un replacement coûteux d'échangeur

Dans le cadre de ses missions d’expertise et d’analyse d’avaries pour l’industrie pétrolière, le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) a été sollicité par Total E&P Congo pour une défaillance sur un échangeur thermique.



Comment assurer la sécurité, tout en évitant le remplacement d’un échangeur thermique tubulaire de 37 tonnes fuyard, installé sur une barge à soixante kilomètres des côtes ? C’est la question que se sont posés les responsables techniques de Total E&P Congo, en charge de la barge pétrolière de N'Kossa, après avoir constaté une micro-fuite difficile à repérer par des méthodes traditionnelles.

Tester 1 182 tubes

Les spécialistes du Cetim appelés à la rescousse ont utilisé un procédé innovant pour détecter cette micro-fuite. Sur cet échangeur tubulaire, utilisé pour refroidir du gaz produit à haute pression (200 bars), le Cetim a proposé une approche par détection de fuites à l’aide d’un spectromètre de masse hélium. Cette technique, plus légère que les inspections classiques, est notamment utilisée pour la détection des émissions dites fugitives, pouvant se réduire à une goutte tous les 100 ans !

La procédure de test élaborée, consiste à pressuriser les tubes cinq par cinq et par palier de 50 bars. Deux équipes sont intervenues pendant un mois en deux postes pour tester les 1 182 tubes montés en épingle (soit 2 364 orifices).


                                  


Une micro-fuite, qui n'était visible qu'à partir de 150 bars, a ainsi pu être précisément localisée. Il a ensuite suffi de condamner le tube défaillant et l'échangeur a été redémarré sans incident. Jusqu'à 10 % des tubes peuvent en effet être condamnés sans altérer les performances de l’ensemble.

Cette intervention rapide sur site a permis d’éviter le remplacement complexe de l’échangeur.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.cetim.fr
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur