Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Le Cetim développe le contrôle ultrasonore par ondes guidées

| | | | | |

Par publié le à 15h19

Le Cetim développe le contrôle ultrasonore par ondes guidées

Valider les projets et former les utilisateurs

Le centre technique vient de mettre en service un banc d’essais dédié au contrôle ultrasonore des tuyauteries en utilisant la méthode des ondes guidées. Il va servir à qualifier la méthodologie et à valider des projets d’industriels, ainsi qu’à dispenser de la formation. 
 

Le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) vient d’inaugurer un nouveau banc d’essais unique en France pour le contrôle ultrasonore par ondes guidées sur son site de Senlis (60).

Utilisant le principe de la propagation des ondes ultrasonores guidées, il permet notamment le contrôle de la qualité de tuyauteries de grandes longueurs, recouvertes d'un revêtement ou enterrées, et ainsi valider la tenue dans le temps de leurs projets avant fabrication.

Ce banc d’essais comporte des tubes d'acier de longueurs, de diamètres, d'épaisseurs et de configurations différents, qui permettent de simuler divers types de canalisation, le tout instrumenté de sondes. L’objectif est de qualifier la méthodologie des ondes guidées pour détecter rapidement les défauts d'une structure métallique de grande longueur revêtue ou enterrée. Ce banc d’essais servira aussi à dispenser de la formation sur les contrôles par ondes guidées.

Détecter les singularités

Générée par magnétostriction (propriété des matériaux ferromagnétiques à se déformer sous l'effet d'une variation de champ magnétique) ou par effet piézoélectrique (propriété des matériaux à générer un courant électrique sous l’effet d’une pression), l’onde se propage entre les parois de l’épaisseur de la structure à contrôler. Une partie de l’onde émise se réfléchit sur un défaut ou sur un élément de géométrie de cette structure (soudure, bout du tuyau, piquage, etc.).

Les échos, dus aux "particularités géométriques" de la ligne auscultée, sont identifiés au préalable. Ils peuvent alors servir d’étalons d’amplitude et de distance pour les contrôles ultérieurs. Lors des maintenances, l’analyse des signaux reçus (temps de parcours et amplitude) permet de repérer des zones suspectes qui peuvent faire l’objet d’un contrôle complémentaire plus approfondi.

 « Ce nouveau banc d’essai va nous permettre de quantifier l'influence de la géométrie de la structure, des revêtements anticorrosion, de la profondeur de l'enfouissement ou de la traversée de murs, sur la qualité du contrôle des tubes », explique François Berthelot du Cetim.

250 mètres de tuyauterie

L'installation comprend six lignes de tubes modulables d'environ 40 mètres chacune, avec trois diamètres (304,8, 254 et 101,6 mm) et quatre épaisseurs (3,2 ; 5,2 ; 7,1 et 12,7 mm). Ces lignes pourront être modifiées en fonction des situations à tester. L’objectif étant de reconstituer au plus près les conditions rencontrées dans la réalité.


                                         

                                                    6 types de canalisation différents


De nombreux industriels (fabricants et exploitants de conduite de gaz et de pétrole, raffineurs, distributeurs d'eau, spécialistes des eaux de process industriel), soucieux de détecter rapidement les défauts sur leurs tuyauteries et leurs pipelines, se sont déjà montrés intéressés par cette nouvelle installation.

« Avant de se lancer dans la fabrication de configurations de tuyauteries particulières et coûteuses, les industriels souhaitent pouvoir s’assurer que celles-ci sont contrôlables et maintenables aisément, poursuit François Berthelot. Le banc permet alors d'étudier la faisabilité du projet ».

Après validation des essais à la carte sur son banc ondes guidées, le Cetim pilote le déploiement des essais sur le site de l’industriel concerné. Notons que le développement d’une méthode de contrôle novatrice autour de cette technologie pourrait en outre être éligible au Crédit Impôt Recherche.

Fort de ses acquis dans le contrôle ultrasonore par ondes guidées, le Cetim élargit aujourd'hui son champ d'application vers d'autres structures métalliques : pylônes ; plaques ; tubes d'échangeurs ; ancrage ; etc.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.cetim.fr
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur