Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

La technologie RFID se met à la portée de la grande distribution

| | | |

Par publié le à 22h20

La technologie RFID se met à la portée de la grande distribution

Circuit RFID à couches polymères

Le projet européen ORICLA a abouti au développement d’un circuit RFID à couches minces polymères qui se fabrique à faible coût par impression électronique. Cette technologie dispose d'un mécanisme anti-collision qui la rend adaptée à une utilisation dans la grande distribution

Un circuit RFID réalisé par dépôt de couches minces à basse température et capable de dialoguer avec le lecteur sans collision. Tel est le résultat auquel sont arrivés le centre de recherche belge en microélectronique Imec, le centre de recherche hollandais Holst Centre et leurs partenaires au sein du projet européen ORICLA. La technologie derrière ce prototype est indispensable à la production d’étiquettes RFID suffisamment bon marché et performantes pour être utilisées comme étiquettes intelligentes d’information sur l'emballage de produits de grande consommation disponibles dans la grande distribution. Ces étiquettes peuvent être utilisées pour fournir aux acheteurs des informations sur, par exemple prix, les caractéristiques ou la fraîcheur du produit, ou pour permettre aux vendeurs de mettre en œuvre la facturation automatisée et la gestion des stocks.

Le circuit RFID est réalisé sur une feuille de plastique, avec des couches minces d'oxyde de semi-conducteurs organiques. Jusqu'à présent, les étiquettes RFID à couches minces sur plastique se fondaient sur la lecture immédiate de leurs informations dès qu’elles sont alimentées en courant à partir du champ électrique du lecteur. Mais dans les applications de distribution, de nombreux tags essaieront de contacter le lecteur dans le même temps, ce qui nécessite un mécanisme anticollision efficace. Un tel système n'a jamais été mis en œuvre. Aussi la lecture se limite-t-elle à un maximum de 4 étiquettes et ceci au détriment de la rapidité.

« Avec la technologie que nous venons de développer, explique Paul Heremans, coordinateur de ORICLA au sein de l’Imec, nous parvenons pour la première fois à un système qui dialogue avec le lecteur. Lorsque le lecteur interroge l’étiquette RFID, il lui transmet une horloge et des données d'identification. L’étiquette utilise ensuite ces données pour déterminer le moment opportun pour envoyer ses informations. Ce mécanisme est mis pour la première fois en œuvre sur des étiquettes RFID à couches minces".

Ce circuit a le potentiel d'être produit à faible coût, avec un procédé d'impression électronique. Ainsi il sera possible de créer des étiquettes RFID intelligentes et suffisamment bon marché pour être utilisées sur les produits de la grande distribution.

Le projet ORICLA a été mené dans le cadre du 7e PCRD. Coordonné par IMEC, il a impliqué aussi Holst Centre - TNO (Pays-Bas), Evonik Industries AG (Allemagne) et PolyIC (Allemagne).

Ridha Loukil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur