Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

« La réouverture des mines en Europe pourrait être rentable »

| | |

Par publié le à 18h43

« La réouverture des mines en Europe pourrait être rentable »

Dominique Morin est responsable innovation, valorisation et propriété intellectuelle au BRGM

Les industries européennes sont de plus en plus dépendantes du marché des métaux. Face à la flambée des prix, les compagnies minières s’intéressent à la possibilité de réouvrir l’extraction en Europe, historiquement délaissée pour des raisons de rentabilité. Le point avec Dominique Morin, responsable innovation, valorisation et propriété intellectuelle au BRGM (Bureau de recherche géologique et minière).

I&T : L’industrie européenne est-elle condamnée à rester dépendante en matière de métaux ?

Dominique Morin : L’Europe paye la décision prise par le passé de fermer ses mines, car il était moins cher de les exploiter ailleurs. Elle se trouve maintenant très dépendante des contraintes géopolitiques. Pour améliorer cette situation, l’Europe mise beaucoup sur le recyclage des métaux. En parallèle, la possibilité de rouvrir des mines revient régulièrement sur le tapis depuis une vingtaine d’années. Elle se pose aujourd’hui avec plus d’acuité, car le cours des métaux suit l’explosion de la demande mondiale. Par exemple, le prix du cuivre a quintuplé depuis 2002.


I&T : Rouvrir des mines en France, est-ce réaliste ?

D.M. : Dans l’hypothèse où elle se réalise, la réouverture de mines en France et dans d'autres pays d'Europe demeurera ponctuelle et d’ampleur limitée. Le potentiel des gisements français, bien réel, reste en effet modeste au regard des sources gigantesques que l’on peut trouver dans d’autres pays. Néanmoins, il peut fonder une industrie locale, créer de l’emploi et participer de l’approvisionnement national dans une certaine mesure.

La véritable barrière se situe au niveau de l’acceptabilité. Des projets miniers susciteront une levée de boucliers au même titre que l’exploitation des gaz de schiste et du pétrole.


I&T : Les procédés d’extraction devront également montrer patte blanche au niveau de leur impact environnemental. Comment évoluent les techniques à cet égard ?

D.M. : Le durcissement des normes environnementales figure dans les préoccupations des grands groupes miniers. Parmi leurs grandes priorités, citons la réduction du volume d’additifs chimiques utilisés dans l’extraction des métaux. Ils s’orientent également vers des procédés qui ciblent mieux la fraction à extraire et optimisent la dépense énergétique. La question de la consommation d’eau et de la qualité des rejets est également centrale. Enfin, les normes de stockage des résidus miniers se font plus strictes pour minimiser leur dispersion dans l’environnement.
 
Propos recueillis par Hugo Leroux

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur