Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

La méthode Six Sigma normalisée

| | | | |

Par publié le à 00h15

La méthode Six Sigma normalisée

Une méthode qui est maintenant normalisée

L’ISO vient de publier une norme reprenant toutes les bonnes pratiques pour mettre en œuvre la méthodologie Six Sigma pour l’amélioration de la performance. Elle sera ainsi renforcée, promue et harmonisée, ce qui devrait en développer l’usage.

Mise au point à l’origine par Motorola en 1986, la méthodologie Six Sigma visait une amélioration des processus de production pour atteindre l’objectif de 99,99966 % de produits sans défauts, soit 3,4 erreurs par million de produits. Aujourd’hui, cette méthodologie statistique guidée par les données est utilisée dans bon nombre de secteurs d’activité, par des organismes de toutes tailles, sur toutes sortes de processus et de services, pour :

 

  • Piloter l’amélioration des processus et prendre des décisions reposant sur des données statistiques ;
  • Mesurer les résultats d’une activité avec fiabilité ;
  • Maîtriser l’incertitude ;
  • Combiner des rendements élevés et des avantages à court, moyen et long terme ;
  • Éliminer le gaspillage, les défauts et les erreurs.
     

Cette méthode statistique guidée par les données, conçue pour améliorer la performance de l’entreprise et la qualité de son offre, vient d’être publiée sous la forme d’une norme ISO en deux parties, l’ISO 13053:2011.

« Six Sigma représente une bonne solution pour résoudre les problèmes récurrents importants que peut rencontrer une activité. Les organismes peuvent lancer des projets Six Sigma pour mieux satisfaire leurs clients et gagner en compétitivité », explique Michèle Boulanger, Présidente de JISC-Statistics et co-présidente du sous-comité (ISO/TC 69 / SC 7) qui a élaboré la norme.

« Même si la méthodologie Six Sigma existe depuis déjà un certain temps, rassembler les bonnes pratiques qu’elle énonce dans une norme ISO lui donne davantage corps et la consolide. La marque ISO est respectée et reconnue dans le monde entier, ce qui est un gage supplémentaire de confiance. En outre, la publication de la méthodologie Six Sigma dans une norme ISO stimulera une adoption cohérente à l’échelon international, ce qui réduira les disparités et offrira aux utilisateurs des meilleures pratiques harmonisées ».

Cette nouvelle norme (ISO 13053:2011, Méthodes quantitatives dans l’amélioration de processus – Six Sigma) concerne exclusivement l’application de Six Sigma dans le cadre d’une amélioration de processus existants. Elle est publiée en deux parties :

 

  • Partie 1 : Méthodologie DMAIC, décrit les cinq phases de la méthodologie : définir ; mesurer ; analyser ; améliorer et contrôler (DMAIC, pour Define ; Measure ; Analyse ; Improve and Control») et recommande les meilleures pratiques, y compris en ce qui concerne les rôles, compétences et formations du personnel participant à des projets Six Sigma.
     
  • Partie 2 : Outils et techniques, décrit les outils et techniques, illustrés par des fiches-outils, à utiliser à chaque étape de l'approche DMAIC.
     

Ces deux documents peuvent s’appliquer à tout processus et tout organisme.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.iso.org

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur