Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

La Fonderie Car : nouveau prototype de voiture connectée Open Source

| | |

Par publié le à 12h37

La Fonderie Car : nouveau prototype de voiture connectée Open Source

La Fonderie présente ce prototype de véhicule connecté comme un kit de développement pour les développeurs. Objectif : leur permettre de s'approprier la technologie pour imaginer de nouveaux usages.

A l'occasion de l'Open Source Summit, qui s'est déroulé le 18 et 19 novembre derniers, les équipes de La Fonderie ont dévoilé un prototype de voiture connectée Open Source. Baptisé Fonderie Car, le projet est présenté par ses créateurs comme un kit de développement pour voiture connectée. Il vise à interpeller les constructeurs automobiles français sur l'importance de l'Open Source dans le développement de services innovants. 

Moins de 10 000 euros. Les équipes de La Fonderie, l’agence numérique d'Ile-de-France, sont parvenues à mettre au point un prototype de voiture connectée Open Source avec un budget inférieur à 10 000 euros. Ce projet ambitieux, baptisé Fonderie Car, a été présenté pour la première fois à l’occasion de la première édition parisienne de l’Open Source Summit, qui s’est déroulée le 18 et le 19 novembre derniers à La Plaine Saint-Denis.

L'Open Source, au coeur de la stratégie industrielle des géants du web

« L’objectif de ce projet est de sensibiliser les constructeurs français sur le numérique dans une voiture. Aujourd’hui, l’open source est au cœur de la stratégie industrielle des géants du web alors que le secteur automobile reste très fermé. Il se parle à lui-même », déplore Gaël Musquet, chargé de mission à La Fonderie. « Nous avons donc pris du matériel le plus libre possible pour équiper notre prototype », poursuit-il. 

Le véhicule, une Citroën Nemo rachetée d’occasion pour 7 500 euros, est ainsi équipé d’un cœur réseau (routeurs Mikrotik, Ubiquiti et Mini PCle d’Huawei) et de serveurs Open Hardware. Le prototype est aussi doté d’un récepteur GNSS (le nom générique du GPS), qui permet de positionner le véhicule avec une précision de 10 cm après traitement et avec une précision d'un mètre en temps réel. Au menu également, des capteurs Texas Instruments, intégrés dans les rétroviseurs, pour mesurer la pollution de l’air ou encore un système pour recueillir sur smartphone, via une connexion Bluetooth, les données moteurs à partir de la prise OBD du véhicule. « Les conducteurs pourraient ainsi connaître leur niveau d’émissions de CO2 pour chaque trajet », explique Olivier Etienne, responsable technique du projet. Le prototype embarque aussi un moniteur cardiaque portable et Open Source, fourni par Mindray. « Connecté, ce dispositif permettrait aux services du SAMU de connaître exactement ce qu’il se passe à l’intérieur de leurs véhicules » précisent les porteurs du projet. On retrouve aussi au niveau du pare-brise un smartphone qui capture des images du trafic. Les clichés sont ensuite rendus disponibles en Creative Common et permettent, entre autres, d’alimenter le service Open Street Map, une sorte de Google Street View libre.  

Un kit de développement pour voiture connectée

Prochaine étape du projet : documenter toute la partie numérique et électronique du prototype, en publiant le code source mais aussi des schémas, des images et des vidéos en Creative Common, pour que tous les intéressés puissent télécharger ces informations facilement. La Fonderie compte ensuite collaborer avec le Samu, des pompiers et des gendarmes. « Nous allons leur prêter la voiture et les former pour qu'ils puissent s'approprier la technologie et imaginer de nouvelles applications afin de répondre à leurs besoins opérationnels », indique Gaël Musquet. 

Dans le cadre de ce projet, les membres de La Fonderie entendent, eux aussi, se former et approfondir leurs connaissances pour comprendre le protocole HL7, qui permet de transférer les données cliniques, et mieux appréhender l’IPv6, le protocole Internet qui doit venir remplacer l’IPv4 grâce auquel les différentes adresses IP sont actuellement attribuées. « Aujourd’hui, on manque d’usages concrets de la norme IPv6. Nous aimerions sensibiliser tous les équipementiers pour que leurs produits supportent de manière native cette nouvelle norme », raconte Gaël Musquet.

« Nous voyons vraiment ce prototype comme un SDK (kit de développement, ndlr) pour voiture connectée », poursuit le spécialiste, qui souhaiterait que les constructeurs proposent systématiquement un kit de développement à chaque nouvelle sortie de véhicule. « Je ne demande pas qu'ils partagent le code source de leur logiciel contrôle moteur, mais qu'ils ouvrent, par exemple, leur système d'infotainment », explique, infatigable, ce défenseur de l'Open Source. L'agence numérique mise désormais sur la maturation du projet Fonderie Car pour attirer l'attention des principaux acteurs de l'automobile en France sur cet enjeu. Aux Etats-Unis, Tesla et Ford ont déjà adopté cette approche pour que la communauté de développeurs puisse améliorer les briques technologiques qui, in fine, aboutiront à de nouveaux services monétisables. Même chose pour BMW en Allemagne.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur