Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

La fabrication additive au service de l'aérospatial

| | |

Par publié le à 14h28

La fabrication additive au service de l'aérospatial

Fournisseur majeur de l'industrie aérospatial, GKN Aerospace a choisi d'équiper son usine d'imprimantes 3D de nouvelle génération pour la production d'outils. Un investissement qui lui permet de réduire considérablement les temps mort sur la chaîne de production.

L’impression 3D séduit de plus en plus les industriels de l’aérospatial, qui intègrent désormais ce procédé à différents niveaux de leur chaîne de production. Après s’être associé en 2017 avec le laboratoire américain ORNL pour la conception d’une imprimante métal de grande dimension, le groupe britannique GKN Aerospace a annoncé avoir intégré des imprimantes 3D thermoplastiques dans son usine de Filton au Royaume-Uni. Le choix de l’équipementier, qui fournit 90 % des constructeurs mondiaux d’avions et de moteurs, s’est porté sur l'imprimante F900 de Stratasys, dont les dimensions et les temps de cycles sont adaptés aux exigences de l'industrie, pour réduire les temps de fabrication d’outils de montage pour ses opérateurs. GKN Aerospace peut désormais concevoir et produire à volonté des éléments intermédiaires facilitant l'assemblage de certaines pièces. Ces outils, imprimés avec des thermoplastiques de qualité technique, possèdent des caractéristiques identiques aux éléments métalliques précédemment utilisés. Le délai lié au remplacement d'un outil est ainsi passé de plusieurs semaines à quelques heures. « Nous fabriquons en trois heures et à des coûts intéressants des outils pour nos opérateurs », détaille dans un communiqué Tim Hope, responsable du centre de fabrication additive de GKN Aerospace. « Nous réduisons ainsi considérablement nos temps de production ».

Une conception sur-mesure

Par ailleurs, grâce à la liberté de conception offerte par l’impression 3D, comme dans le cas de pièces complexes ou creuses, GKN a constaté une diminution d’environ 40 % des déchets de matériaux lors de la production des outils. L’intégration de la fabrication additive permet d’imaginer des pièces sur mesure, dont la fabrication ne serait pas possible via les procédés traditionnels faute de rentabilité. Pour GKN Aerospace, l’impression 3D devrait encore gagner du terrain dans l’aéronautique, notamment en ce qui concerne la production de pièces en composites fibre de carbone imprimées par dépôt de matière fondue (procédé FDM, pour Fuse deposit modeling). « Cette technologie permettra de produire, rapidement et à faible coût, des pièces à haute valeur ajoutée », envisage Tim Hope.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur