Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

La densité des disques durs double

| |

Par publié le à 11h21

La densité des disques durs double

Disque dur Barracuda de Seagate

Seagate a fait la démonstration d’une technologie d’enregistrement magnétique capable de stocker 1 Tbit par pouce carré, le double de la densité des disques durs actuels. Cette technologie a le potentiel de porter la capacité des disques durs de 3,5 pouces à 60 To à l'horizon 2030, contre au maximum 3 To aujourd‘hui.

La densité des disques durs va s’envoler. C’est du moins ce que laisse prévoir une démonstration réalisée par Seagate. Le fabricant américain de disques durs est parvenu à une densité de stockage de 1 Tbit par pouce carré. Soit près du double de la densité de stockage des disques durs actuels. Ce résultat est obtenu en utilisant la technologie HAMR (Heat-Assisted Magnetic Recording, enregistrement magnétique assisté par un procédé thermique).

Les disques durs actuels utilisent la technologie d’enregistrement perpendiculaire PMR (Perpendicular Magnetic Recording). Cette technologie a succédé au milieu des années 2000 à la technologie d’enregistrement magnétique longitudinal à l’œuvre depuis l’invention du disque dur en 1956 par IBM. Elle a le potentiel d’atteindre une densité de 1 Tbit par pouce carré à la fin de la décennie. La technologie HAMR, sur laquelle tous les fabricants de disques durs planchent depuis près de 10 ans, devrait ensuite prendre le relais pour offrir aux disques durs une nouvelle étape de progrès.

Pour augmenter la densité de stockage magnétique, il faut réduire la surface affectée à chaque bits. Pour cela, il faut utiliser des matériaux magnétiques à coercivité accrue pour éviter que les informations s'effacent du fait des interactions avec des bits proches. Ceci rend l’enregistrement des bits plus difficile car il réclame un champ magnétique plus élevé. La technologie HAMR lève cette difficulté. Elle consiste à réduire temporairement la coercivité du bit à inscrire en le chauffant au dessus de sa température de Curie à l’aide d’une diode laser. Après refroidissement, le bit retrouve sa coercivité et donc sa capacité à maintenir son état magnétique face à l’effet de bits voisins proches. Cette technologie, inventée par Fujitsu en 2006, devrait arriver sur le marché à la fin de la décennie. Selon Seagate, elle offre le potentiel d’atteindre une densité de stockage de 10 Tbit par pouce carré dix ans après son lancement. De quoi construire des disques durs de 3,5 pouces d’une capacité de 60 To à l'horzon 2030, contre au maximum 3 To aujourd’hui.

Seagate a atteint la densité de 1 térabit par pouce carré grâce à des innovations dans les matériaux et l'optique à champ proche, résultant de ses travaux menés dans ses centres de recherche et de développement de Bloomington (Minnesota - USA) et de Fremont (Californie - USA).

Ridha Loukil

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur