Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

La cyber-guerre, ce n'est pas de la science-fiction

| | |

Par publié le à 18h30

La cyber-guerre, ce n'est pas de la science-fiction

Emmanuel Le Bohec, Regional Manager chez Corero Network Security

Plus que jamais, les cyberattaques sont une réalité. Elles ont connu une recrudescence spectaculaire en 2011. Emmanuel Le Bohec, Regional Manager chez Corero Network Security, revient sur les risques encourues par les entreprises et préconise d'urgence un plan d'action.

Quarante ans après sa création, Internet contribue à une nouvelle forme de conflit où l’information constitue le support d’action en même temps qu’un actif sensible qu’il convient de maîtriser. La capacité à se prémunir de cette cyber-guerre est un enjeu majeur d’une stratégie de puissance et d’une politique de sécurité.

La cyber-guerre qui touche aujourd’hui les institutions et certaines entreprises est la preuve évidente de ''l’hacktivisme'' qui règne dans le monde. Pendant les fêtes de fin d’année, le portail du Sénat a été l'objet d’attaques par déni de service. Le site Internet du Sénat a été indisponible pendant presque deux jours ! De nombreux exemples ont marqué l’année écoulée. En mars dernier, Bercy était victime d’une attaque importante. Un mois plus tard, débutait une spirale infernale pour Sony. 70 millions d'utilisateurs de Playstation Network voyaient leurs informations personnelles exposées dans le cadre d'un piratage informatique. Quelques jours après, un autre service de Sony était victime d'une intrusion malveillante concernant près de 30 millions d'utilisateurs. Ce n'était qu’un début ! Sony fut la cible de nombreux autres piratages, plus ou moins graves. En mai, RSA, société spécialisée en sécurité informatique, se faisait voler des informations sur les jetons d'authentification SecurID au cours d'une cyber-attaque très sophistiquée. Puis, on assistait à 50 jours de piratage intensif par le collectif de hackers LulzSec qui a défié la sécurité informatique d'un grand nombre d'administrations et de multinationales comme la CIA, le FBI, le Sénat américain, la Police du Texas, AOL, AT&T, Sony, Fox, le Sun de Rupert Murdoch...

Les attaques informatiques se multiplient donc. C’est un fait. Leur développement est lié à l’extension des réseaux (mobilité, smartphones, connexions sans fil…) et l’évolution des  environnements  (cloud computing, virtualisation…). Le nombre important d’applicatifs du marché contenant des vulnérabilités contribue également à cette expansion.

Les entreprises et les organisations gouvernementales ne sont pas assez sensibilisées aux problèmes de sécurité et à la perte/vol des données. La plupart se disent protégées. Mais, on remarque que, si beaucoup d’entre elles croient être sécurisées, elles ne disposent en fait que d’équipements insuffisants et obsolètes. Quel paradoxe ! Les dangers sont grands mais les budgets consacrés à la sécurité informatique ne représentent encore qu’une part minime des investissements informatiques. Face à la pluralité des attaques informatiques, il faut revoir entièrement le dispositif de protection des systèmes d'information. Les technologies de détection d'intrusion pour filtrer le contenu des flux autorisés restent encore trop peu utilisées.

Des attaques d’un genre nouveau

De plus, les attaques par deni de service appelées DoS et DDoS évoluent. L’attaque DoS a pour but de rendre indisponible un service comme l'accès à un serveur web ou un site internet. L’attaque DDoS est une attaque DoS exécutée à partir de plusieurs machines, réparties en différents endroits. Chaque jour plus intelligentes, plus sophistiquées, visant désormais la couche applicative, les attaques sont en hausse constante. Extrêmement difficiles à identifier dans le cloud computing, elles passent souvent inaperçues jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Les attaques des ''hacktivistes'' comme celles qui ont visé la CIA, Mastercard, Visa, Sony et PayPal se multiplient.

Les motivations changent

Le visage de la cybercriminalité a changé. Le pirate isolé derrière son ordinateur a peu à peu laissé la place au cyber-crime organisé et guidé par le gain financier. Mais, cette année, certaines attaques DDoS sont le fait de groupes aux revendications politiques comme les Anonymous, LulzSec ou Triple Hack.

Le jeu du chat et de la souris entre les responsables du Système d’Information, les délinquants et les ''hacktivistes'' s'est intensifié en 2011 alors que le nombre d'attaques DDoS explosait. Face à l’augmentation de l’activisme politique et idéologique, les entreprises doivent être extrêmement promptes à identifier et combattre les tentatives qui visent à rendre inopérants leurs sites Internet ou cherchent à voler des informations confidentielles et à défigurer leurs applications Web. Devant les attaques sophistiquées d’aujourd’hui, les spécialistes de la prévention contre les intrusions sur le réseau et de la défense anti-DoS et DDoS recommandent le respect de certaines règles pour réduire les risques. Une défense efficace contre les attaques DDoS demande une préparation experte des ressources défensives, une vigilance permanente et une réponse rapide et organisée.

Etablir un plan de bataille

Comme pour tout plan de réponse à un incident, la préparation en amont est la clef d’une action rapide et efficace, évitant la bousculade du ''tout le monde sur le pont'' lors d’une attaque DDoS. Le plan d’action doit établir la liste des étapes à suivre si les infrastructures informatiques sont sous attaque par DDoS.

Rappelons que les attaques DDoS sont de plus en plus intelligentes, déterminées et durables. On a affaire à un nouveau type d'attaquant, très performant, qui change d’origine et de méthode d'attaque, à chaque fois qu’une tentative est déjouée. Il est donc essentiel que le plan d'intervention DDoS définisse quand et comment des ressources supplémentaires de lutte contre les attaques doivent être engagées et comment resserrer la surveillance.

Une défense anti-DDoS sur site est indispensable

Les ''tuyaux propres'' d’accès à Internet proposés par les fournisseurs d'accès offrent un faux sentiment de sécurité. Les solutions de défense DDoS sur site, directement installées devant les serveurs d'applications et les bases de données, sont nécessaires pour apporter une réponse granulaire aux attaques de type inondation. Elles permettent également de détecter et repousser les attaques, de plus en plus fréquentes, des applications. Pour une défense optimale, les solutions de protection DDoS sur site doivent être déployées de concert avec les services automatisés de supervision afin d’identifier rapidement et réagir aux attaques soutenues et évasives.

Protéger ses serveurs DNS

Le système des noms de domaine Internet (DNS) est un système de nommage distribué qui permet d'accéder à Internet en utilisant des noms reconnaissables et faciles à mémoriser, tels que www.google.com plutôt que des adresses IP numériques comme 192.168.0.1, par exemple. L'infrastructure réseau s'appuie sur ce système pour router les messages d'un ordinateur à un autre. Comme l’infrastructure DNS est distribuée, de nombreuses organisations utilisent et entretiennent leurs propres serveurs DNS afin de rendre leurs systèmes visibles sur Internet. Ces serveurs sont souvent la cible d’attaques DDoS. Si l'attaquant peut perturber le fonctionnement des DNS, l'ensemble des plates-formes des victimes peut disparaître d'Internet, l’attaque par déni de service étant ainsi réussie.

Connaître ses vrais clients

Les attaques DDoS de types brute-force ou flooding (inondation) sont relativement faciles à identifier, mais elles nécessitent une analyse en temps réel, hautement performante et sophistiquée, pour reconnaître et bloquer le trafic de l'attaque tout en laissant le trafic légitime passer.

La détection des attaques plus insidieuses, celles visant la couche applicative, nécessite une compréhension approfondie des comportements et actions typiques des clients ou salariés de bonne foi, accédant aux applications protégées. De la même manière que la détection des fraudes par carte de crédit peut être automatisée, les systèmes de défense DDoS installés sur site établissent des profils d'utilisation légitime afin d'identifier le trafic suspect et réagir en conséquence.

Maintenir une vigilance continue

Les attaques par DDoS sont de plus en plus intelligentes et furtives. Lorsqu’une application ne répond plus, il est déjà trop tard pour d’agir.

Pour une protection optimale, un système d’alerte DDoS précoce doit être intégré aux infrastructures de sécurité. Une supervision continue et automatisée est nécessaire pour reconnaître une attaque, tirer la sonnette d’alarme et lancer les contre-mesures appropriées.

Emmanuel Le Bohec,
Regional Manager chez Corero Network Security

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur