Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

La Commission européenne autorise le glyphosate jusqu’en 2022

| |

Par publié le à 17h59

La Commission européenne autorise le glyphosate jusqu’en 2022

Initialement breveté par Monsanto, le glyphosate est commercialisé par plusieurs sociétés depuis l'expiration de son brevet américain en 2000.

Réunis au sein d'un comité d'appel, les Etats membres de l'Union Européenne ont voté le 27 novembre en faveur de la prolongation de l'autorisation du glyphosate pour cinq années supplémentaires. Malgré cette décision, la France, qui a voté contre, affirme vouloir en sortir d'ici trois ans.

La licence d’exploitation du glyphosate devait prendre fin le 15 décembre 2017. Mais ce 27 novembre, la Commission européenne a décidé d'autoriser pour cinq années supplémentaires l'herbicide le plus utilisé dans le monde, notamment en tant que principe actif du RoundUp du groupe Monsanto. Lors du vote, une majorité qualifiée de 55% des États membres représentant 65% de la population était requise. La décision de dix-huit États en faveur de la réautorisation a permis de l’obtenir. Neuf États ont voté contre, dont la France, et un s’est abstenu.

Le poids de l'Allemagne

Le 9 novembre, le vote d’un comité d’experts n’était pas parvenu à obtenir de majorité qualifiée. Seuls 14 États s’étaient prononcés en faveur de la réautorisation. La Commission européenne avait alors décidé de reporter la décision lors d’un nouveau vote en comité d’appel ce 27 novembre. L’Allemagne, la Bulgarie, la Pologne et la Roumanie, qui s’étaient abstenus au début du mois ont cette fois voté en faveur de la proposition de renouvellement pour cinq ans.

Malgré le vote de Bruxelles, le Président de la République Emmanuel Macron a affirmé sur son compte Twitter avoir « demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l'utilisation du glyphosate soir interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans 3 ans ».

Dans une tribune publiée le 26 novembre dans Le Journal du Dimanche, la secrétaire d’État auprès du Ministre de la transition écologique et solidaire, Brune Poirson, avait réitéré son intention de voter contre la proposition de la Commission européenne. « La France veut construire une sortie progressive du glyphosate et, avec plusieurs partenaires, pense qu'une durée plus courte serait possible », a-t-elle déclaré. En l'occurence, trois ans.

« Probablement cancérogène pour l’homme »

Les organisations non gouvernementales et associations Générations Futures, Foodwatch et la Ligue contre le cancer se disent « scandalisées » par la décision de la Commission européenne. Elles se félicitent néanmoins que la France ait maintenue son opposition au renouvellement de cinq ans. « Le gouvernement doit maintenant mener le pays vers une sortie du glyphosate, en accompagnant les agriculteurs, comme il s'y est engagé et ce, indépendamment du verdict de la Commission européenne », déclarent-elles dans un communiqué.

De son côté, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) félicite le « pragmatisme » de la décision. Elle rappelle également avoir signé avec 40 organisations agricoles et de recherche, un contrat de solutions visant à « développer l'innovation, le conseil, la formation et l'adoption des alternatives de protection des cultures, pour répondre concrètement aux attentes sociétales sur l'utilisation des produits phytosanitaires, tout en garantissant la productivité et la rentabilité pour les exploitations agricoles et les filières ».

En mars 2015, le Centre international de recherches sur le cancer (Circ), agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avait classé le glyphosate comme « probablement cancérogène pour l’homme » sur la base de plusieurs études scientifiques. De son côté, l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) concluait le contraire en novembre 2015.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur