Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

La chimie trouve la bonne formule en 2011

Par publié le à 17h56

La chimie trouve la bonne formule en 2011

Une bonne année 2011

Avec une progression de son chiffre d’affaires de 13 % et de sa production de 5,9 % en 2011, l’industrie chimique française consolide la reprise amorcée en 2010. 
 

L’Union des Industries Chimiques (UIC) vient de publier une note de conjoncture dressant le bilant de son activité en France en 2011 et sa vision du marché pour 2012. En voici les grandes lignes.

L’activité de l’industrie chimique en France a été particulièrement soutenue sur le premier semestre 2011 grâce essentiellement à la poursuite du redressement dans l’industrie en général, tant aux niveaux domestique que mondial. Les indicateurs sont restés bien orientés avec une demande forte en produits manufacturés, des niveaux de stocks peu élevés, auxquels se sont ajoutés des effets de rattrapage conjoncturel.

La dégradation du climat économique en Europe et les ralentissements constatés dans l’industrie en France ont progressivement affecté l’industrie chimique dont les stocks se sont alourdis à partir du deuxième trimestre. La situation est restée toutefois sous contrôle avec un ajustement progressif et non brutal de l’activité à la demande.

Tous les secteurs de l’industrie chimique ont ressenti cette phase de ralentissement, ceux de la chimie organique, en amont, étant plus rapidement impactés alors que les spécialités chimiques et les produits de consommation résistaient mieux.

Mais globalement sur l’ensemble de l’année, l’industrie chimique en France a enregistré une activité dynamique avec une croissance de la production de 5,9 % et une progression du chiffre d’affaires est estimée à 13 %, portant les ventes à 86,7 milliards d’euros en 2011.

Des résultats contrastés par secteurs

Le secteur de la chimie organique a enregistré une baisse de 1,3 % en volume en 2011 après une modeste reprise de 3,6 % en 2010 et une chute de 8,7 % en 2009. En début d’année, les activités de la pétrochimie et des matières plastiques se sont pourtant redressées profitant de la demande dynamique des marchés avals. En raison de la baisse des perspectives économiques, les activités de ces deux secteurs se sont contractées en deuxième partie de l’année.

La production de la chimie minérale a progressé au rythme de 6,4 % sur l’année. La demande des marchés industriels et la stabilisation de l’activité construction ont soutenu les productions des gaz industriels et des produits inorganiques de base, même si le rythme s’est légèrement infléchi en cours d’année.

La conjoncture agricole pourtant bien orientée au niveau mondial, avec des niveaux élevés de prix pour les produits agricoles, n’a en revanche pas profité au secteur des engrais. Sa production a été réduite en raison des mauvaises conditions climatiques du printemps.

Les spécialités chimiques ont connu une bonne reprise puis un ralentissement légèrement décalé, en fin d’année, par rapport à la chimie minérale et organique. En effet, les volumes ont continué de progresser jusqu’au troisième trimestre. Ils ont ensuite ralenti face à la baisse de la demande et à la volonté de maîtriser les stocks. En moyenne, la production a augmenté de 5,1 % en 2011 après 4,6 % l’an dernier.

Enfin, le secteur des savons, parfums et produits d’entretien a enregistré une nouvelle année de forte croissance, de l’ordre de 10 % en 2011 (après 14,1 % en 2010) grâce à la bonne tenue de l’activité parfums et cosmétiques. Cette dernière a augmenté de 12,4 % grâce à une demande dynamique de la part du marché intérieur et de l’export.

La balance commerciale reste malgré tout très positive. La demande des marchés extérieurs, en particulier émergents, a été soutenue en 2011 entraînant une hausse des exportations de 9,8 % en valeur. Mais en raison d’un niveau élevé d’importations (+12,4 %), le solde s’est réduit à 4,4 milliards d’euros (contre 5 milliards en 2010).

Ralentissement attendu pour 2012

L’activité économique mondiale devrait être en net ralentissement en 2012 ; l’incertitude pour les activités économiques repose sur l’équilibre possible entre la dynamique de croissance retrouvée pour l’économie américaine, l’ampleur de la résistance des pays émergents et la situation de stagnation voire de récession pour certains pays en Europe. Dans ce contexte, on peut s’attendre à une moindre demande adressée à l’industrie chimique et à l’adaptation des stocks à l’évolution de l’activité, d’autant que les cours des matières premières sont orientés à la hausse. En moyenne annuelle, la production de l’industrie chimique en France devrait ainsi progresser d’environ 1,8 % en volume en 2012.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.uic.fr
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur