Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

La bioraffinerie européenne selon COLIBRI

| | | | | | |

Par publié le à 15h12

La bioraffinerie européenne selon COLIBRI

Le projet COLIBRI établit une feuille de route pour 2020.

Le projet Star-COLIBRI, mené entre 2009 et 2011, a coordonné les efforts de recherche, nationaux et européens, sur le concept de bioraffinerie. D’ici 2030, celui-ci projette l'essor de trois types d'usines.

Les bioraffineries, en tant qu’unités de transformation de la biomasse afin de produire des matériaux, des carburants ou des intermédiaires chimiques, sont une brique essentielle d’une chimie moins gourmande en pétrole.

C’est le concept qui a occupé, deux ans durant, le projet Star-COLIBRI (pour Strategic research TARgets for 2020 – COLlaboration Initiative on Bio Ref Inery), financé par l’Union Européenne. Il a réuni cinq plate-formes technologiques et cinq pôles de compétitivité.

A l’issue de ses travaux, COLIBRI estime que trois types de bioraffineries seront implantés en Europe, à l’horizon 2030 :

  • des installations de grande envergure, basées sur l’utilisation de bois et de procédés thermochimiques, dans le Nord de l’Europe ou sur des grandes zones industrielles ;
     
  • des installations petites à moyennes, basées sur l’utilisation de cultures agricoles et de procédés biotechnologiques, qui émergeront en zone rurale et principalement dans l’Europe du centre ;
     
  • des installations décentralisées, qui consisteront en des unités de pré-traitement de la biomasse afin d’alimenter les autres bioraffineries.  

    
Pour les chercheurs, ces bioraffineries s’appuieront à la fois, pour certains éléments de la biomasse (pailles, sucre, graines oléagineuses, coproduits de l’industrie du bois…), sur des procédés industriels existants et sur des procédés nouveaux pour d’autres éléments (cultures lignocellulosiques, biomasse humide et aquatique…)

D’ici sa conclusion, Star-COLIBRI doit remettre une feuille de route pour la recherche européenne, et dont l'échéance est prévue pour 2020. Les recommandations concerneront cinq niveaux : la biomasse, ses procédés de pré-traitement et de conversion au sein des bioraffineries, la prise en compte du cycle de vie et les stratégies de mise sur le marché des produits biosourcés.

Ludovic Fery

Pour en savoir plus : www.star-colibri.eu

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur