Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

L’IRT Saint Exupéry obtient 55 millions d’euros de l’Etat pour sa saison 2

| | | | |

Par publié le à 07h55

L’IRT Saint Exupéry obtient 55 millions d’euros de l’Etat pour sa saison 2

Ariel Sirat, directeur général de l'IRT Saint Exupéry à côté d'un des équipements spécifiques développé au sein de l'IRT, la ligne d’imprégnation thermoplastique.

L’IRT Saint Exupéry vient de recevoir la confirmation d’un financement de l’Etat de 55 millions d’euros mobilisables dès 2017. Une seconde tranche qui assure la pérennité de ses activités de recherche technologique partenariale public-privé.

Une bonne nouvelle à quelques mois de la livraison de ses nouveaux locaux toulousains, un complexe de quelque 10 300 m2 où seront regroupés un grand nombre de ses équipements de recherche mutualisés, de ses laboratoires et ateliers. L’IRT Saint-Exupéry, créé en mars 2013 à Toulouse, vient de recevoir la confirmation d’un financement de l’Etat de 55 millions d’euros mobilisables dès 2017. Une deuxième tranche de financement, dont le déblocage était suspendu à une première évaluation de ses activités réalisée par le Commissariat général à l’investissement (CGI). « L'examen a été passé avec succès », se félicite Ariel Sirat, directeur général de l' IRT Saint-Exupéry. Au terme d'une première période probatoire de trois ans, l’IRT Saint-Exupéry s'engage donc dans une nouvelle phase de pérennisation de ses activités de recherche technologique et de développement. L'occasion de présenter les grandes lignes d'un premier bilan d'activités.

31 programmes de recherche associant 74 industriels et startups

Reconnu comme l'un des trois plus grands IRT français (en budget et en nombre de partenaires industriels), l'IRT Saint Exupéry a la double caractéristique d'impliquer deux régions (Occitanie et Nouvelle Aquitaine) et d'être positionné sur trois grands domaines de recherche technologique stratégiques : les matériaux multifonctionnels à haute performance pour les moteurs et plateformes d'avions, hélicoptères et lanceurs de satellites ; l’aéronef plus électrique et les systèmes embarqués.

A l'arrivée : pas moins 31 programmes de recherche engagés à ce jour, mobilisant 83 partenaires, dont 74 industriels. Parmi eux, des grands noms de l'aéronautique, de l'espace et des systèmes embarqués, dont Airbus, Thales Alenia Space, Liebherr, Safran, ou Continental, mais aussi, 51 PME, dont des startups. Citons ainsi le projet Double and Bump, conduit avec la startup Apsi3D, sur le packaging de composants d'électronique de puissance ou le projet Mimiks (Multimodal Interactive Knowledge capture System), pour le développement d'une nouvelle génération d'assistants virtuels intelligents dédiés au recueil et à la transmission de savoir-faire industriel, dont la conduite a été confiée à la startup SimSoft3D. A ce jour, l’IRT Saint Exupéry cumule aussi 4 transferts technologiques en cours, 4 brevets déposés en propre et 2 en co-propriété.

11 plateformes technologiques mutualisées

Pour accompagner et accélérer cette dynamique de recherche technologique, l'IRT Saint Exupéry a contribué à mettre en œuvre un réseau mutualisé d'équipements de recherche et de moyens d'essais, structurés en 11 grandes plateformes technologiques. Dernière inauguration en date : celle de la plateforme Stimpact, une plateforme mutualisée d'essais et de simulation d'impacts à haute vitesse sur matériaux et structures pour l'aéronautique et les transports, pour une meilleure compréhension de ces phénomènes en vue d'améliorer la résistance aux chocs, en collaboration avec l'Institut Clément Ader. Là encore, les PME sont bien de la partie. L'une de ces plateformes communes, dédiée aux traitements de surface de matériaux pour l'aéronautique et le spatial, a été créée en partenariat avec la société Mécaprotec, et installée dans les locaux de l'entreprise, à Muret, à une vingtaine de kilomètres au Sud de Toulouse. « Nous préparons aussi la mise en oeuvre d'une plateforme dédiée spécifiquement à l'impression 3D métal, avec un axe fort en direction des PME », souligne Ariel Sirat. Dans le cadre d'un partenariat avec le pôle Aerospace Valley et l'agence de développement Madeeli, cette nouvelle plateforme va contribuer au lancement d'un dispositif régional, baptisé Pack PME Fabrication Additive, en vue de faciliter l'accès à la fabrication additive métallique pour les PME.

116 millions d'euros mobilisés en 3 ans

Depuis sa création, l'IRT Saint Exupéry, qui emploie aujourd'hui près de 250 personnes (110 salariés de l'IRT et 140 personnes mises à disposition par les partenaires), dont 200 directement engagées dans les projets de recherche et le fonctionnement des plateformes technologiques, a déjà mobilisé 116 millions d'euros, grâce à la première tranche de financement de l'Etat de 58 millions d'euros. « Pour chaque euro investi par l'Etat, les partenaires industriels contribuent à hauteur d'un euro supplémentaire », rappelle Ariel Sirat. La seconde tranche de financement débloquée par l'Etat devrait ainsi générer à son tour un total de 110 millions d'euros. Restera encore à définir les modalités de versement d'une troisième tranche, pour respecter l'engagement initial de l'Etat, de contribuer à hauteur de 145 millions d'euros, au titre du PIA (Programme d'Investissement d'Avenir). 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur