Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

L'impression par jet d’encre : une nouvelle perspective pour le photovoltaïque

| | | | |

Par publié le à 23h20

L'impression par jet d’encre : une nouvelle perspective pour le photovoltaïque

Va-t-on vers des cellules photovoltaïques imprimables ?

Des chercheurs américains ont synthétisé des cellules photovoltaïque grâce à un procédé d'impression au jet d'encre. Une encre un peu spéciale qui pourrait ouvrir une nouvelle voie pour l'énergie solaire.

L’impression par jet d’encre n’est pas l’apanage de nos imprimantes personnelles. Ce procédé pourrait aussi révolutionner l’industrie du photovoltaïque. Des chercheurs de l’Université de l’Oregon sont ainsi parvenus à imprimer des cellules à couche mince CIGS sur des supports souples. Grâce à cette technique, ils ont réduit les pertes de matériau brut de 90 %. A la clé : une diminution des coûts de production qui pourrait rendre la technologie CIGS économiquement viable.

Les technologies qui dominent actuellement le marché du photovoltaïque sont basées sur du silicium, un matériau abondant mais au rendement limité. A l’inverse, les cellules CIGS consistent en un empilage de couches très fines possédant un meilleur rendement potentiel. Seul problème : les matériaux utilisés (indium, gallium), appartiennent à la famille des terres rares, particulièrement coûteuses. Jusqu’alors, la fabrication classique des CIGS, par déposition en phase vapeur, occasionne des pertes qui nuisent à leur rentabilité.

Les chercheurs ont donc opté pour une nouvelle approche : synthétiser des nanoparticules à partir des matériaux bruts pour les injecter dans un solvant. Résultat : une encre utilisable avec un procédé d’impression classique. Ils ont ainsi fabriqué des modules possédant un rendement de l’ordre de 6 %, mais affirment pouvoir atteindre 12 % à terme (le rendement moyen des technologies actuelles). Les chercheurs évoquent déjà une ''encre photovoltaïque'', prête à déposer sur une multitude de supports. Reste à optimiser le rendement et adapter le procédé à l’échelle industriel.

Hugo Leroux

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur