Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

L’imagerie satellite relève les défis de l’agriculture de précision

| | | | | | |

Publié le à 07h52

L’imagerie satellite relève les défis de l’agriculture de précision

L’agriculture de précision est une méthode de gestion agricole visant à optimiser les rendements et les investissements, en cherchant à mieux tenir compte des variabilités des milieux et des conditions entre les différentes parcelles ainsi qu'à l’intérieur de chacune d'entre elles. Dans une tribune, Alcimed détaille de quelle manière l’imagerie satellite peut aider l’agriculture de précision. 

Le satellite est déjà largement utilisé en agriculture de précision, principalement pour des applications de navigation (suivi de position et pilotage des machines agricoles par GPS) ainsi que pour les prévisions météorologiques. Viennent aujourd’hui s’ajouter à ces pratiques les applications liées à l’imagerie qui utilisent des prises de vue dans des bandes spectrales spécifiques pour en déduire des paramètres physiques relatifs aux plantes.

L’application principale concerne la modulation, qui permet d’adapter les apports d’intrants selon la position du tracteur au sein d’une parcelle. Le principe consiste à prendre en compte l’hétérogénéité intra-parcellaire grâce aux images satellite pour pouvoir appliquer la bonne dose, au bon endroit, au bon moment.

Des avantages reconnus 

Ces avantages concernent notamment l’étendue des zones couvertes, le taux de rafraîchissement élevé ainsi que la fiabilité et la richesse des données. En effet, il est le seul moyen d’acquisition permettant, grâce à une flotte de satellites, d’obtenir des images d’un pays entier avec un rafraichissement de 24 à 48h à des résolutions suffisantes pour réaliser la majorité des applications.

De plus, le satellite ayant été l’un des premiers outils utilisés pour les applications basées sur l’imagerie, il existe un historique de données de plus de 10 ans qui permet d’analyser l’évolution des parcelles dans le temps : l’évolution de l’hétérogénéité de la parcelle, l’impact de certains phénomènes climatiques, etc.

Enfin, les images issues du satellite permettent de conseiller les exploitants à distance, ce qui est très intéressant pour les sociétés souhaitant fournir un service aux agriculteurs sans avoir à envoyer d’équipe sur place. Comme le précise Christelle Marestang, responsable de mission chez Alcimed, « contrairement aux drones ou autres moyens de mesure in-situ, le satellite permet une acquisition et une gestion des données à distance, permettant ainsi aux entreprises fournissant du service aux agriculteurs une logistique simplifiée et la possibilité de couvrir facilement de larges territoires. »

Trois défis à relever

Trois principaux challenges restent cependant à relever par le satellite afin répondre aux besoins des agriculteurs comme la modulation d’apport en azote pour de nouvelles cultures, la détection de maladies des cultures ou bien encore pour des applications en irrigation de précision et ainsi développer de nouveaux clients (machinistes, industriels agro-alimentaires,…) :

1. Améliorer l’accès aux services en réduisant le temps de mise en œuvre d’un nouveau service ainsi qu’en développant des plateformes de livraison et de visualisation des images satellites qui seraient plus intuitives.

2. Démystifier la technologie d’imagerie satellite, souvent perçue par les utilisateurs potentiels comme un moyen complexe et très coûteux.

3. Prendre en compte l’importance de l’expertise agronomique : une très bonne connaissance des paramètres liés à chaque culture est nécessaire pour déduire de l’image des actions au champ. Cette expertise peut être apportée par différents acteurs : organismes publics de recherche, entités privées de conseil, industriels agroalimentaires… La réussite d’un service d’agriculture de précision se fait donc souvent grâce à un partenariat entre le fournisseur d’image et un spécialiste de l’agronomie locale.

Des nouveaux moyens

L’agriculture de précision connait aujourd’hui un foisonnement de moyens d’acquisition qui viennent parfois concurrencer le satellite. Les drones font une percée importante sur le marché avec des acteurs comme Airinov qui fournissent du conseil sur les apports en azote. Ces entreprises surfent sur l’engouement pour le drone ainsi que sur ses qualités, qui sont principalement la réactivité, et la résolution des clichés. Depuis quelques années, les capteurs montés sur tracteur se développent également, comme le Nsensor de Yara qui analyse la végétation et permet de moduler, en temps réel les apports en azote. L’imagerie aéroportée concerne seulement des applications de niche à cause d’un coût à l’hectare très important.

L’utilisation de données multi sources - satellite, avion, drone, in situ - permet de mieux couvrir les parcelles et d’accéder à des données non disponibles en mono-source. On peut noter l’exemple d’Airbus Defence and Space, acteur historique de l’agriculture de précision basée sur l’imagerie satellitaire qui complète aujourd’hui son service Farmstar (conseil sur les apports en azote) avec des prises de vue par drone pour couvrir certaines parcelles difficilement accessibles par satellite.

Aujourd’hui, tous les fournisseurs de produits et services à l’agriculteur tendent à proposer des services d’agriculture de précision (coopératives, machinistes, fournisseurs d’intrants,…). Si l’on ajoute à cela la facilité croissante d’accès à la donnée, avec par exemple les données de la série de satellites d'observation Sentinel 2, la position des acteurs historiques du satellite se trouve fragilisée. Doivent-ils investir dans l’amélioration des données (accès à de nouvelles données, de nouvelles cultures, amélioration de la résolution, du rafraichissement,..) ou aller jusqu’au développement de services clés en main pour les acteurs de l’agriculture de précision ?

Alcimed

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur