Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

L'hydrolienne fluviale d'Hydroquest largue les amarres

| | |

Par publié le à 06h55

L'hydrolienne fluviale d'Hydroquest largue les amarres

Installée à Orléans en version 1.40 (1 étage pour 40 kW), l'Hydroquest River existe également en version 2.80 (2 étages pour 80 kW).

Installée en 2014 à Orléans, l'hydrolienne fluviale de la société Hydroquest a été retirée de la Loire mardi 26 juin 2018. Ces quatre années d'expérimentation ont permis de valider la robustesse, la maintenance, la conversion électrique et l'impact environnemental du système. Après la fin de cette phase de recherche et développement, deux fermes commerciales d'hydroliennes devraient être installées prochainement.

Elle avait été installée en novembre 2014 sur la Loire à Orléans, près du Quai de la Madeleine. Après quatre ans d’expérimentation, l’hydrolienne fluviale de la société Hydroquest a été retirée mardi 26 juin 2018. « L’objectif était de valider le fonctionnement de notre système et son impact environnemental, rappelle Jean-François Simon, président de la société grenobloise fondée en 2010. Et c’est un succès. Nous ne sommes plus en phase de recherche et développement mais en phase commerciale. » Baptisée Hydroquest River et disponible dans deux versions à 40 kW et 80 kW de puissance nominale, l’hydrolienne fluviale est à axe de rotation vertical et repose sur une barge flottante amarrée au fond du fleuve.

Deux futures fermes commerciales

Celle installée à Orléans avait une puissance de 40 kW. La période de tests a permis de valider la robustesse de l’installation, la faisabilité de la maintenance et la conversion électrique. « Ce sont les trois aspects critiques pour les exploitants », affirme M. Simon. En effet, le matériel doit résister à tout ce que charrie le fleuve : troncs, branches, feuilles,… Il doit être simple et robuste pour faciliter la maintenance. « La barge permet de sortir la turbine et de travailler dessus à sec, poursuit M. Simon. De plus, elle est truffée de capteurs. » Enfin, le flux de l’eau n’étant pas régulier, les machines tournent à une vitesse variable. Cela complexifie la création d’un courant stable pour l’envoyer sur le réseau. La difficulté a été surmontée dès septembre 2015, date à laquelle l’Hydroquest River a été la première hydrolienne fluviale raccordée au réseau Enedis.

Maintenant que la phase de R&D est terminée, Hydroquest envisage de déployer son système dans le cadre de fermes. Deux projets sont d’ailleurs en cours. L’un porte sur quatre hydroliennes de 80 kW, en cours de fabrication, qui devraient être installées à Caluire-et-Cuire (69), près de Lyon, en septembre 2018. L’autre projet devrait aboutir en 2019 à l’installation d’un mix de trente-neuf hydroliennes de 40 kW et 80 kW sur le Rhône entre Lyon et Genève pour une puissance totale de 2 MW pour le compte de la Compagnie nationale du Rhône. « Nous avons également d’autres prospects à l’étranger mais qui sont encore en cours de discussion », conclut Jean-François Simon.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur