Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

L’Estaca développe son réseau de partenaires industriels

| | | | | |

Par publié le à 15h38

L’Estaca développe son réseau de partenaires industriels

Former des ingénieurs proches des réalités du terrain

L’école d’ingénieurs, spécialisée dans les transports, signe trois nouveaux partenariats avec des grands groupes industriels afin de soutenir sa recherche et poursuivre l’adaptation de sa formation aux besoins actuels et futurs du secteur.

En 2012, l’Estaca a multiplié les partenariats stratégiques avec les industriels oeuvrant dans ses secteurs d’activité (aéronautique, automobile, spatial, transports guidés et urbains).

Après des accords conclus avec des entreprises comme Ansaldo, Daf, Dassault ou le CNES, l’école vient de signer en octobre trois nouveaux partenariats avec Safran, EADS et Keolis.

Tous ces accords ont un objectif commun : former, avec l’école, des ingénieurs opérationnels et aptes à évoluer dans des environnements économiques et technologiques complexes.

D’ici la fin de l’année, d’autres entreprises comme Segula, Akka, Altran, Decathlon viendront renouveler leur partenariat avec l’école.

S’ouvrir aux PME

Mais à côté de ces accords avec des grands groupes industriels, l’école entend aussi multiplier les passerelles avec les PME. En effet, elle constate qu’une part de plus en plus importante de ses étudiants est sensible aux discours des PME, en termes de carrières comme de projets de recherche. L’école a donc choisi de renforcer les liens déjà existants avec ces dernières.

Pour cela, l’Estaca s’appuiera sur les transferts technologiques, au travers d’activités de R&D et mais aussi sur l’implication d’étudiants dans des projets communs. « La pédagogie par projets, adoptée par l’Estaca, est parfaitement adaptée au mode de fonctionnement des PME. En effet, ces dernières ont besoin de flexibilité et de pragmatisme. Ainsi, après avoir défini un cahier des charges ensemble les étudiants peuvent apporter des réponses innovantes à des problématiques des PME, que ce soit dans le cadre d’études techniques, de développement de prototypes, etc. », explique Pascale Ribon, directrice de l’école.

Ces projets futurs collaboratifs permettront aux étudiants d’éprouver et de perfectionner leurs compétences techniques, mais aussi de prendre conscience des multiples opportunités de carrières qu’offrent ces structures.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.estaca.fr/

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur