Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

L’Alpine A110-50 en photos et en détails

| | | | | |

Par publié le à 00h59

L’Alpine A110-50 en photos et en détails

Quand Renault renoue avec son passé sportif

Renault profite du Grand Prix de Monaco de Formule 1 pour dévoiler Renault Alpine A110-50, un concept-car marquant les 50 ans de la mythique Berlinette Alpine A110 et peut-être le retour du constructeur sur le segment de marché des sportives.

Ce concept-car baptisé Renault Alpine A110-50 est comme, son illustre ancêtre, dédié à la performance et au plaisir du pilotage. Fruit du savoir-faire de Renault Sport Technologies, il s’imprègne de la compétition. Ainsi, il bénéficie de toute l’expérience acquise avec la Mégane Trophy, dont il reprend la base technique, sous une carrosserie en carbone réalisée chez Faster, arborant une couleur réinterprétant le célèbre ‘‘bleu Alpine’’.

Un dessin intemporel réinterprété

Le designer Yann Jarsalle et Axel Breun, Directeur Concept et Show Cars chez Renault Design, ont réinterprété les codes stylistiques de l’A110 d’origine, tout en intégrant le nouveau langage formel de Renault initié par Laurens van den Acker, Directeur du Design Industriel de Renault, sur le concept-car DeZir et qui sera bientôt décliné sur les futures modèles de la marque.


                                          


« Ce fut un rêve pour tous les membres de l’équipe de travailler sur un concept-car Alpine. Nous avons souhaité inscrire la voiture dans la modernité avec des clins d’œil au passé », explique Laurens van den Acker.

On retrouve ainsi une carrosserie élégante et fluide, mise en valeur par des jeux de lumière sur laquelle l’air semble glisser sans contrainte ; des projecteurs additionnels ‘‘bombés’’ en demi-cercle, avec une interprétation à la fois technique et nostalgique, grâce à un éclairage full-LED de couleur jaune ; une lunette tridimensionnelle bien typée, qui laisse apparaître le moteur en position centrale arrière ; une entrée d’air sur chaque flanc qui rappelle l’écope des ailes arrières de la Berlinette.

La cinématique des ouvrants est digne des plus belles G.T. Le capot avant s’ouvrant vers l’avant et le capot arrière vers l’arrière. Les portes s’ouvrent en élytre.

« La voiture est très sculptée comme l’était la Berlinette, tout en exprimant les trois mots clés de notre nouveau design : simple ; sensuel ; chaleureux », estime Axel Breun.

Une fois franchit le pas de portières en carbone, l’habitacle et le poste de pilotage de cette bi-place, dans laquelle la couleur noire domine, respire la sportivité : sièges baquets, harnais, planche de bord est très dépouillée, volant avec écran couleurs, dessiné par Renault Design, identique dans sa technologie à celui de Formula Renault 3.5, fournissant le maximum d’indications au pilote.


                                                             


Un châssis de Megane Trophy amélioré


Le châssis multi-tubulaire en acier 25CD4S avec moteur et boîte de vitesses semi-porteurs, qui équipe Renault Alpine A110-50 reprend la base technique de la Mégane Trophy. Il a été rigidifié et a fait l’objet de plusieurs évolutions. L’arceau de l’habitacle et le croisillon central du compartiment moteur ont été abaissés par les ateliers de Tork Engineering, afin de s’adapter à la hauteur du véhicule, plus basse. Les études numériques ont été réalisées par Renault Design, Koller et Etud Integral, tandis que le montage final a été assuré par Protostyle. La répartition des masses finales est quasi idéale avec 47,8 % sur l’avant.

L’efficacité du concept-car Renault Alpine A110-50, qui pèse 880 kg à vide, est en bonne partie générée par l’effet de sol. A l’avant, un splitter masqué dans le bouclier génère une dépression, et donc un appui aérodynamique important. A l’arrière, un diffuseur accélère le flux d’air sous le fond plat. L’appui est ainsi produit pour plus d’un tiers par l’effet de sol. L’effet est complété par un aileron arrière réglable.

L’étude de ces flux d’air a été réalisée grâce à des outils de simulation numérique de mécanique des fluides, une technologie de pointe largement utilisée en F1 d’affiner l’aérodynamique des carrosseries et le comportement routier.

Une tenue de route de sportive

L’empattement de Renault Alpine A110-50 est identique à celui de Mégane Trophy avec 2 625 mm, les voies sont quant à elles légèrement plus larges avec à l’avant 1 680 mm et 1 690 mm à l’arrière. Les jantes de 21’’, fixées par un écrou central, sont spécifiques et chaussées de pneus Michelin homologués pour la route.

Les combinés ressort-amortisseurs Sachs, réglables en compression et en détente, sont montés en direct sur les triangles inférieurs. De nombreuses possibilités de réglages indépendants sont prévues : chasse ; carrossage et parallélisme ; hauteur de caisse ; antiroulis.

Afin de privilégier la pureté des sensations, les aides à la conduite (A.B.S, anti-patinage…) ont été bannies.

Surdimensionné, le potentiel de freinage de Renault Alpine A110-50 est en adéquation avec ses performances. A l’avant, d’imposants disques ventilés en acier de 356 mm de diamètre sont pincés par des étriers 6 pistons AP Racing. A l’arrière, le diamètre des disques ventilés est de 330 mm, tandis que les étriers comportent 4 pistons.

Une mécanique de course

Le concept-car Renault Alpine A110-50 dispose du bloc moteur Renault V4Y, un V6 3,5 litres 24v placé en position centrale arrière qui développe 400 ch à 7 200 tr/mn pour un couple maximum de 422 N.m à 6 200 tr/mn. Le carter inférieur (semi-humide), l’équipage mobile (pistons, bielles, vilebrequin), la distribution (arbres à cames, ressorts de soupapes) et le système d’échappement sont spécifiques par rapport à la version qui équipe les modèles Mégane Trophy de série.


                                           


L’alimentation du collecteur d’admission en carbone est assurée par une nouvelle prise d’air intégrée au toit. Cette évolution rend la plage d’utilisation du moteur beaucoup plus large, avec plus de puissance à tous les régimes. La cartographie moteur a été optimisée en fonction de ces modifications.

Le concept-car Renault Alpine A110-50 reçoit une boîte de vitesses séquentielle semi-automatique à six rapports, ainsi qu’un embrayage bi-disque pouvant être commandé au moyen de la pédale d’embrayage ou d’une palette au volant.
Cette boîte de vitesses est disposée longitudinalement derrière le moteur et intègre un différentiel autobloquant à glissement limité (disques et rampes) dont la pré-charge est réglable. L’embrayage bi-disque céra-métallique de 184 mm de diamètre est également spécifique. Il est actionné automatiquement au rétrogradage, assurant ainsi un passage des vitesses rapide et une excellente fiabilité.

Fourni par Magneti-Marelli, le calculateur Marvell 6R intègre la gestion du moteur, de la boîte de vitesses et les acquisitions de données.


                                          


Toutes les données enregistrées sur Renault Alpine A110-50 peuvent être analysées grâce au logiciel Wintax 4, référence dans le domaine des acquisitions de données. Il permet une analyse poussée de plus d’une cinquantaine de paramètres : le régime moteur ; le rapport engagé ; l’angle du volant ; la vitesse du véhicule ; la position de l’accélérateur ; la pression dans les circuits de freinage…

Ces données permettent aux pilotes et aux ingénieurs d’optimiser les réglages et le pilotage. L’analyse des données de Wintax 4 permet également de diagnostiquer plus rapidement la cause d’un éventuel problème technique.

Jean-François Prevéraud

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur