Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Jet de crème à braser : 500 points de soudure à la seconde

| | | | | |

Par publié le à 18h33

Jet de crème à braser : 500 points de soudure à la seconde

La machine My500 Jet Printer de MyData qui dépose la crème à braser par jet d'encre

Plus besoin d'écran de sérigraphie. Plus de maintenance. La machine My500 Jet Printer de MyData dépose directement la crème à braser là où il faut avec un procédé analogue au jet d'encre. Une grande flexibilité pour la réalisation de prototypes et petites séries.

Plus besoin d’écran de sérigraphie spécifique à chaque carte électronique pour déposer la crème à braser les composants. Avec la machine My500 Jet Printer de MyData, le dépôt de crème s’adapte presque instantanément à n’importe quel produit. La crème est déposée par une technologie analogue à l'impression par jet d’encre au rythme de 500 points de soudure par seconde, ce qui correspond à une cadence de placement de 30 000 composants par heure. Avantage : une grande flexibilité pour la réalisation de prototypes et petites série.

Le sous-traitant Eolane, qui réalise des prototypes et petites séries pour les transports publics, la billettique, le ferroviaire, le médical ou l’industrie, l’utilise depuis 2011 sur son site de Valence (26) et a ainsi divisé par trois les temps de changement de série. Le temps de changement de série a été ramené à 5 minutes, contre 15 minutes sur les deux lignes à écran de sérigraphie classiques. Un gain appréciable puisqu’il change quatre ou cinq fois par jour la fabrication de prototypes et petites séries. Le dépôt traditionnel de crème à braser par sérigraphie nécessite aussi le développement d’un écran spécifique à chaque carte électronique, ce qui, selon Stéphane Chièze, directeur de production d’Eolane, coûte 200 à 300 euros. A cela, il faut ajouter le coût de maintenance et de nettoyage des outillages ainsi que celui des pertes de crème non utilisée. De quoi amortir l’investissement de 135 000 euros en moins de deux ans, même si la machine revient 30 % plus chère qu’une machine de sérigraphie.

Pour Cyrille Bidet, Directeur général de MyData France, cet ancien procédé pose également des problèmes de qualité. « La pression de l’écran de sérigraphie sur la carte crée des étirements à l’origine de dispersions supérieures à 40 µm. Ajouté aux variations de température et de viscosité de crème à braser, ce phénomène explique 70 % des problèmes de montage des CMS – Composants montés en surface ».

Enfin, la sérigraphie est adaptée aux grandes séries, mais pas aux prototypes, ni aux petites série, en raison des temps de changement qu’elle implique et du coût d’amortissement de l’écran de sérigraphie.

Le dépôt analogue à l'impression à jet d’encre est présenté comme une solution providentielle pour la fabrication de prototypes et petites série, ce qui, selon Cyrille Bidet, représente 90 % de la production de cartes électroniques en France. La My500 Jet Printer peut déposer des gouttelettes de 5 à 15 nl avec une précision de 30 à 40 µm. Elle nécessite l’emploi de crème à braser spécifique contenant davantage de flux que les crèmes à braser classiques. Ces crèmes sont proposées aujourd’hui par quatre fournisseurs : Almit, AIM, Alpha Métal et Senju. Depuis son lancement, il y a 3 ans, la machine a été vendue à 180 exemplaires en Europe, dont 12 en France.

Voici une démonstration vidéo de la machine de MyData

 

                           

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur