Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

InMoov, l'homme-robot

| | | |

Par publié le à 09h00

InMoov, l'homme-robot

Gaël Langevin, inventeur d'InMoov, travaille sur son robot.

Construire son kit robotique et le personnaliser à souhait, c’est ce que permet l’open source ! La rédaction d’Industrie & Technologies a réalisé pour vous une sélection de 5 plateformes robotiques ouvertes pouvant répondre à tous vos besoins. Parmi elles, le robot InMoov développé par le designer français Gaël Langevin.  

 

Quand Gaël Langevin se lance dans l’impression 3D, en 2012, il s’agit au départ d’imprimer une prothèse de main futuriste. Mais très vite, le designer et sculpteur français se prend au jeu et conçoit un robot open source entier. Baptisé InMoov, c’est l’un des premiers robots à taille humaine entièrement imprimé en 3D. Le robot sert aussi bien pour des travaux de recherche universitaires que pour des passionnés. Une réplique d’InMoov, baptisée MARC (Multi-actuated robotic companion), a servi d’objet d’étude pour un projet de recherche sur l’interaction homme-machine. C’est également à partir de la main imprimée d’InMoov que le français Nicolas Huchet a fabriqué une prothèse de main robotisée Bionico, au sein du Fablab de Rennes. On compte plus de 400 répliques d’InMoov dans le monde.

La technologie

Son point fort ? Tous les éléments sont disponibles en open source. Blender, le logiciel qui permet de dessiner et d’imprimer les diverses pièces d’InMoov, l'est également. Réplicable sur n’importe quelle petite imprimante dotée d’une surface d’impression de 12x12x12cm, il est conçu comme une plateforme de développement grand public. Les pièces s’assemblent à l’aide de vis ou d’éléments clipsables et les makers peuvent utiliser du plastique PLA pour l’imprimer, même si le filament ABS est conseillé. Pas moins de 22 servomoteurs et deux cartes Arduino permettent de donner vie à ce colosse d’albâtre d’1,80m. Deux caméras et autant de micros, placés sur sa tête mobile, ainsi qu’une caméra Kinect (de Microsoft), disposée au niveau de sa taille,  lui permettent de répondre à des commandes vocales et d’interagir avec les humains. Ses dix doigts motorisés et dotés de grips en silicone intègrent également des capteurs. 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur