Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

In Sun We Trust promeut le développement du photovoltaïque en ville

| | | | | |

Par publié le à 17h16

In Sun We Trust promeut le développement du photovoltaïque en ville

Simulateur de potentiel de production d'énergie solaire d'une toiture d'In Sun We Trust

La start-up In Sun We Trust propose un calculateur d’énergie solaire, destiné à évaluer la rentabilité d’une installation photovoltaïque. Il se base sur un modèle numérique mis au point par un laboratoire de Mines ParisTech : le centre O.I.E ("Observation, Impacts, Energie") MINES PariTech. L’entreprise sera présente lors des Mines ParisTech Research Day, destinés à valoriser les projets de recherche de l’école d’ingénieurs, dont la première édition aura lieu le jeudi 6 juillet toute la journée.

Et vous le soleil vous y croyez ? David Calligeri y croit. Il a co-fondé la start-up In Sun We Trust 2.0 pour finaliser un outil en ligne permettant aux particuliers de calculer la quantité d’ensoleillement reçu sur le lieu de leur domicile.  Pour cela, elle s’est basée sur le travail du Centre O.I.E MINES Paris Tech. Celles-ci a développé des techniques de calcul pour déterminer l’ensoleillement pour un lieu et une orientation précise à partir des images du satellite météorologique géostationnaire Meteosat.

Techniquement, précise Mines ParisTech dans une revue de leurs projets, il s’agit de calculs rapides de masque d’ombrage à partir d’un modèle numérique de sursol (MNS) à très haute résolution spatiale (décimétrique) plongé dans un modèle numérique de terrain (MNT) décamétrique ou hectométrique plus large. Les méthodes de Mines ParisTech sont utilisées par In Sun We Trust 2.0 en partenariat avec l’IGN et Transvalor Innovation. Elles sont couplées avec les données cartographiques de l’IGN. Celles-ci modélisent la hauteur des bâtiments, ce qui permet de prendre en compte les effets d’ombrage des bâtiments voisins. 

Résultat : le cadastre solaire de la métropole de Nantes qui a ainsi été réalisé  est à une résolution de 10 cm. Pour l’utilisateur qui a élu domicile dans un territoire couvert par le cadastre, il suffit de saisir son adresse de résidence sur le site de la start-up et l’on accède aux données concernant l’ensoleillement de la zone, les éventuelles zones d’ombres voisines qui dégraderaient la performance, et une estimation de l’électricité que l’on peut espérer produire en fonction de son installation. In Sun We Trust peut même, ensuite, assurer la mise en relation avec des artisans locaux. Nantes n'a pas été choisi au hasard, la métropole veut tripler la part d'énergies renoluvelables d'ici 2030. 

Notons que la start-up n’est pas la seule sur ce créneau prometteur, et compte même des concurrents comme Google, et son service Sunroof, qui lui a récemment valu un prix des Nations Unies, ou encore IBM. 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur