Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Ils s’équipent : Poma développe ses outils d’implantation autour d’Autocad Mechanical

| | | | | |

Par publié le à 23h49

Ils s’équipent : Poma développe ses outils d’implantation autour d’Autocad Mechanical

De multiples installations à câbles comme ici le funiculaire de Montmartre à Paris

Le spécialiste des transports par câbles a développé son propre outil d'implantation de ses équipements sur base Autocad Mechanical. Pour chacun de ses nouveaux projets, une solution d'implantation optimale est ainsi définie par le bureau d’études, dans le respect des référentiels réglementaires et sécuritaires spécifiques qui s’y rapportent.

Installé à Voreppe (38), le groupe Poma est devenu, en plus de 70 ans d’existence, l'un des leaders mondiaux dans la construction de systèmes de transport par câble pour les personnes et les matériaux. Il dispose d’une gamme complète et évolutive d’appareils de transport par câble pour des applications souvent aériennes mais aussi au sol ou même en tunnel, téléphériques, télécabines, mini-métros, funiculaires, ascenseurs inclinés...

Le groupe Poma emploie 850 personnes dont 640 en France et a réalisé en 2009 un chiffre d'affaires de 218 millions d'euros dont 51 % à l’export. « Notre réussite commerciale dans les systèmes de transports dans les applications de loisirs, urbaines ou industrielles dépend de l’accompagnement de nos clients à chaque étape de leurs projets : conception ; production ; réalisation et enfin exploitation et maintenance durant toute la vie de l’appareil, qui est habituellement de 30 voire 50 ans », souligne James Paradon, directeur des systèmes d'information du groupe Poma.

« Notre principale préoccupation est de garantir le niveau de sécurité de nos installations et nous attachons donc la plus grande attention à la conception de nos composants et à la configuration de nos appareils, la configuration étant l’art d’assembler des composants standard ou spécifiques pour créer une installation dédiée et adaptée à l’environnement dans lequel elle est placée ».

Pour proposer les solutions les mieux adaptées aux besoins de ses clients, le groupe Poma personnalise ses installations à partir d’une gamme d'équipements standard (cabines, gares de départ et d'arrivée, équipements de ligne) qu’il configure selon les demandes. Pour cela, il a développé son propre outil d'Implantation Assistée par Ordinateur (IAO) sur base Autocad Mechanical. « Par définition, comme nous travaillons essentiellement par segments de lignes droites, le 2D est le minimum indispensable pour cette activité ».

Une gestion rigoureuse des développements

Depuis huit mois, le Bureau d'Etudes a renouvelé ses 56 licences d'Autocad Mechanical. « Cet outil est devenu indispensable à notre activité de configuration qui regroupe une bonne partie de notre savoir-faire. Pas question d’interrompre les études de configuration. Il faut gérer l’évolution de la version sans perturber cette activité. D’autre part, puisqu’il s’agit d’un logiciel à forte connotation sécuritaire, nos développements informatiques s’appuient sur des règles strictes de qualité, en particulier le respect d’un ‘‘cycle en V’’ qui consiste à documenter d’une façon très spécifique chaque fonction du logiciel, à enregistrer tous les tests unitaires correspondant, ceci tant à sa conception que pour chacune de ses évolutions. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous permettre de changer de version tous les ans, car les évolutions sont très lourdes à gérer pour ce logiciel très performant ». 


                                


« L'objectif est de rechercher et de valider l’implantation qui correspondra au mieux aux souhaits et exigences du client », poursuit James Paradon. « Parce que la position, la taille et le nombre d’ouvrages de ligne supportant le câble sont autant de données qui impactent l’appareil envisagé, il est désormais possible avec IAO d’étudier plus facilement différentes implantations d’ouvrages et de proposer la meilleure solution alliant les paramètres liés aux règlementations, au coût du projet et à la pérennité d’exploitation ».

L'outil logiciel IAO a été développé dans les années 2000 en Visual Basic et C++. « Il s'agit d'un ensemble de règles formalisées par rapport aux métiers et normes en vigueur », explique Cyril Beylier, responsable des outils Autodesk dans le département Systèmes d'Informations du groupe. Il s’agit de règles internes qui constituent le savoir faire de Poma, mais il s’agit aussi des règles relatives aux règlements de chaque pays puisque Poma intervient partout dans le monde. A partir de ces règles métier et des informations sur les produits dont les caractéristiques sont accessibles via une base de données, le bureau d'études est à même de déterminer les meilleures solutions d'implantation des projets avec le matériel le mieux adapté.

La particularité du logiciel IAO est de délivrer directement, en données de sortie, les plans d’implantation (profils 2D de l’installation sur relevé topographique du terrain), les plans de ferraillage et de fabrication de chaque massif en béton supportant les pylônes, ainsi que les plans de fabrication des pylônes directement adaptés aux moyens de levage envisagés (assez souvent, il s’agit de l’hélicoptère dans les zones difficilement accessibles). Le logiciel produit aussi directement les notes de calculs très détaillées justifiant de la robustesse des composants et de la conformité de la configuration aux règlements du pays concerné, cela dans la langue imposée par le contrat.

Pour cela, le groupe Poma a développé grâce à Autocad Mechanical, la traduction automatique des plans en plusieurs langues. Cela représente un gain de temps important dans le cas d'installations vendues à l'étranger et dont la fabrication de certains sous-ensembles sont fabriquées localement.

Un avant-projet optimisé en quelques heures

« Pour mémoire, dans les années 1990, il nous fallait plusieurs jours en travaillant par itérations successives pour concevoir une installation optimisée et proposer un devis », rappelle James Paradon. « Aujourd'hui, nous obtenons en quelques heures une première solution optimisée, car le concepteur est à même d’avoir des informations en temps réel sur l’installation globale qui résulte de chacun de ses choix. En outre, cette application nous permet d’être réactifs en cas d’évolutions du cahier des charges ou dans le cadre de l’évolution des besoins de notre client, à qui il est possible de proposer très rapidement une nouvelle implantation, et cela avec un haut niveau de précision ». 


                                    


La majeure partie du projet dépend du relief de la montagne, c'est à dire des relevés de terrain, des courbes de niveaux, des remblais. Le bureau d'études reçoit des relevés topographiques sous forme de plans DWG contenant des points cotés avec précision et les courbes de niveaux (10 mètres autour de chaque point). « De manière interactive, nous positionnons les points de départ et d'arrivée de la ligne, les têtes de pylônes en prenant en compte les flèches des câbles, car il faut respecter des survols mini et maxi. Cela nous permet de positionner le nombre de pylônes juste nécessaire, dans le respect des charges maximales applicables sur les galets, en tenant directement compte du poids des cabines et de leurs passagers, de l’effet des pentes au niveau des efforts de traction et de freinage, etc. Nos outils intégrés permettent de vérifier l'équilibre des câbles, la tension, la puissance nécessaire, les efforts de freinage à appliquer. A l’issue des premières études, nous pouvons être amenés à effectuer une pré-implantation sur site notamment dans les zones qui présentent des hauteurs réduites de survol, ou pour vérifier l’adéquation du terrain dans les zones où il est prévu d’installer un pylône... Cela permet de valider notre première étude sur une base très précise. Cela permet aussi de vérifier les dévers du terrain dans ces zones critiques. C'est sur ce seul point où la 3D nous apporterait une aide intéressante. En effet, nous ne travaillons pas toujours dans la ligne de plus grande pente et il nous faut donc déceler les risques d'interférences en dévers ».

Pour 2011, l'objectif est désormais d’optimiser l’usage d'Autocad Mechanical par une deuxième phase de formation. « Nous avons découvert beaucoup de nouvelles fonctionnalités intéressantes et nous avons déjà des demandes de la part de nos utilisateurs ».

Les responsables du projet avouent s'intéresser aux bibliothèques de composants, à la gestion des nomenclatures, à la conception d'une 3e vue à partir des deux autres… Et ils viennent de découvrir que la dernière version d'Autocad Mechanical intégrait directement les relevés de la numérisation laser.

Pour en savoir plus : http://www.poma.net & http://www.autodesk.fr
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur