Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Hyperloop TT dévoile sa nouvelle capsule

| | | |

Par publié le à 12h49

Hyperloop TT dévoile sa nouvelle capsule

La société californienne Hyperloop Transportation Technology a dévoilé sa nouvelle capsule à Puerto de Santa Maria, en Espagne, le 2 octobre dernier. Elle devrait prochainement rejoindre le centre R&D toulousain de l’entreprise pour des essais additionnels.

Lors d’une cérémonie à Puerto de Santa Maria (Espagne) le 2 octobre 2018, Hyperloop Transportation Technology a dévoilé « Quintero One », sa nouvelle capsule destinée à transporter des passagers. Il s’agissait également du cinquième anniversaire de la société californienne. Le cylindre de 32 mètres de long et 5 tonnes a été construit chez l’espagnol Airtificial, une nouvelle entreprise née de la fusion de l’expert en composites Carbures et de la société d’ingénierie Inypsa, partenaire d’Airbus et Boeing.

L’entreprise indique l’avoir bâtie avec un nouveau matériau qu’elle a développé et baptisé « Vibranium », et qui serait un « composite intelligent à double couche ». Sur son site internet, on apprend qu’il s’agit de fibre de carbone dans laquelle des capteurs ont été intégrés : « Ce nouveau matériau est huit fois plus résistant que l’aluminium (…) et transmet en temps réel et sans fil des informations cruciales concernant la température, la stabilité, l’intégrité, etc. Il est également bien plus léger – environ 5 fois plus que l’acier et 1,5 fois plus que l’aluminium – et réduit la consommation énergétique de la capsule. »

Celle-ci rejoindra bientôt le centre de recherche et développement toulousain de la société qui a déjà réceptionné les tubes de sa piste d’essai en avril dernier. A l’occasion, Hyperloop TT indiquait que l’installation se ferait en deux phases. Dans la première, un système fermé de 320 mètres serait rendu opérationnel dans l’année. La seconde consisterait à mettre au point d’ici 2019 un système grandeur nature sur une distance de 1 km, surélevé par des pylônes à une hauteur de 5,8 mètres.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur