Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Hydrolien ou houlomoteur : entre fiabilité et robustesse

| | |

Par Baptiste Cessieux publié le 02/02/2016 à 07h00

Editions
Abonnés

Pour maîtriser les flots et les transformer en électricité deux voies se profilent depuis 15 ans : l'hydrolien pour les courants sous-marins et l'houlomoteur pour les vagues. L'hydrolien s'impose aujourd'hui mais une question reste en suspens : faut-il privilégier la robustesse ou la productivité ?

A u large d'Ouessant une hydrolienne de 17 mètres de haut est posée à plus de 30 mètres sous le niveau de la mer. À cette profondeur, la pression s'élève à quatre bars et le courant file à une vitesse de quatorze kilomètres heure. C'est très lent par rapport aux dizaines de mètres par seconde subies par les éoliennes mais la puissance apportée par les courants marins est sans commune mesure. Avec une densité 832 fois supérieure à celle de l'air, l'eau impose des contraintes énormes, même à faible vitesse. Cette force s'applique à toute la structure et entraîne les pales de 5 mètres de haut du rotor. Ainsi mises en branle par la puissance de l'eau, les ailes sous-marines font tourner la génératrice cachée dans la nacelle de l'hydrolienne baptisée D10 (pour 10 m de diamètre). À première vue, une hydrolienne ne semble pas bien différente[…]

Vous devez être abonné à Industrie & Technologies pour accéder à ce contenu

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous

Déjà abonné ?

Email Invalide

Mot de passe Invalide

Mot de passe oublié ?
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique