Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

HighVolt : l'avion s'électrifie avec Airbus, Alstom et Safran

| | | | | | |

Par publié le à 10h06

HighVolt : l'avion s'électrifie avec Airbus, Alstom et Safran

L'Institut de recherche technologique (IRT) Saint Exupéry, à Toulouse, lance son plus gros projet de recherche collaborative, HighVolt, pour accompagner les industriels dans le développement des nouvelles générations de composants et systèmes électriques, pour un avion plus électrique. Airbus, Alstom, Safran, Akka Technologies et Sogeti font partie de l'aventure, avec plusieurs autres acteurs majeurs du secteur.

Avec un budget de 10,6 millions d'euros sur 4 ans et près d'une quinzaine de partenaires, le projet de recherche collaborative HighVolt est à ce jour le plus gros projet piloté par l'IRT Saint Exupéry, à Toulouse. « Son ambition est de mutualiser les moyens et les compétences pour accompagner les filières aéronautique, automobile et ferroviaire dans leur transition vers le plus électrique », explique Ariel Sirat, directeur général de l'IRT Saint Exupéry.

Déjà 12 partenaires industriels

Outre deux partenaires académiques, le Laplace (Laboratoire plasma et conversion d’énergie), une unité mixte CNRS/INP de Toulouse/Université Paul Sabatier et le LSEE (Laboratoire systèmes électrotechniques et environnement) de l'Université d’Artois, HighVolt rassemble déjà 12 industriels. Parmi eux : Airbus, Alstom, Liebherr Aerospace, Safran, Latelec (filiale de Latécoère spécialisée dans le câblage et les systèmes d'interconnexion), Akka Technologies, Sogeti, ou encore Nidec Leroy-Somer, mais aussi des startups, telles que Nawa Technologies, basée à Aix-en-Provence et spécialisée dans les dispositifs de stockage d'électricité de nouvelle génération. « Les portes ne sont pas fermées. D'autres acteurs devraient encore nous rejoindre d'ici la fin de l'année », précise Ariel Sirat.

Préparer la filière aéronautique à une transition vers le tout électrique

L'un des enjeux du projet HighVolt est d'accompagner les ruptures technologiques nécessaires à l'augmentation des tensions et des puissances électriques pour aller progressivement de l'avion plus électrique vers l'avion tout électrique. Le projet HighVolt devrait concentrer ces travaux sur les tensions supérieures à 500V et les systèmes embarqués hors propulsion. L'idée est aussi de valoriser les synergies entre l'aéronautique, l'automobile et le ferroviaire.
« Les travaux, conduits en lien avec les laboratoires de recherche, vont permettre de mieux comprendre les phénomènes physiques, telles que les décharges partielles, qui concourent au vieillissement prématuré des composants et des isolants, et d'accompagner le développement de nouveaux composants et systèmes, plus performants et plus robustes », souligne Ariel Sirat. Ils bénéficieront des plateformes technologiques spécifiques de l'IRT Saint-Exupéry, notamment en simulation virtuelle et physique des décharges partielles ou des moyens d'étude des arcs électriques. A la clef : le développement de nouvelles bases de données et de démonstrateurs, qui seront mis à la disposition de l'ensemble des partenaires. « L'objectif est de faire des préconisations de règles de concept et de design pour le développement des futures briques technologiques, pour aller demain, vers une normalisation », insiste Ariel Sirat. 
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Une réaction

Jac Teste-Sert
Le 08/09/2017 à 11h25
Dans l'optique du développement d'un avion électrique à décollage vertical familial bi-places (ou plus), en s'inspirant de LILIUM, il parât possible de mettre des propulseur fan le long de la carlingue, en ligne entre eux..., orientables vers le sol ou vers l'arrière, qui soufflent les uns à travers les autres une fois en l'air pour faire avancer plus vite l'engin grâce à une vitesse de poussé cumulée amplifiée !

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur