Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

GSK produira des vaccins innovants en France

| | | |

Par publié le à 09h00

GSK produira des vaccins innovants en France

Une unité capable de produire 300 millions de doses par an

600 millions d'euros ont été investis dans le chantier de la nouvelle usine de GSK à Saint-Amand les Eaux, qui a compté jusqu'à 1 400 ouvriers et s'est étendu sur cinq ans.

Même si elle ne représente que 17 % des ventes mondiales de GSK, l’industriel britannique s'attend à une forte croissance de son activité vaccins. Ne serait-ce que du fait d'une demande accrue liée à l’accroissement de la population mondiale, et la modernisation des soins au sein des pays émergents. Ces derniers se lancent aussi dans la production : une cinquantaine d’entreprises se seraient par exemple créées en Inde et en Chine depuis le début des années 2000.

Pour rester dans la course, GSK a inauguré jeudi dernier une nouvelle unité de production à Saint-Amand-les-Eaux (59). C'est la première entièrement dédiée aux vaccins, parmi ses quatre usines implantées dans l'Hexagone. Employant 600 personnes, l’usine du Nord-Pas-de-Calais a une capacité de production de 300 millions de doses par an.

L’usine fournit la quasi-totalité de la gamme commerciale de GSK, soit quatorze vaccins différents dont la plupart se destinent aux jeunes enfants. Les formules innovantes seront aussi produites à Saint-Amand-les-Eaux : parmi la vingtaine en développement chez l'industriel, cela concerne notamment les vaccins contre la méningite, le rotavirus et le RTS,S, en prévention du paludisme. Le premier lot commercial du RTS,S est attendu pour 2012.

Respect de la chaîne du froid

L'unité de Saint-Amand-les-Eaux est en fait dédié à la production secondaire : les antigènes, produits sur un des trois sites belges de GSK, sont acheminés jusqu'à l'usine pour être formulés en produit fini. Pour certains vaccins, cela signifie l’additon d’un adjuvant, pour stimuler la réponse immunitaire du patient. Les solutions sont ensuite réparties stérilement dans des seringues ou des flacons, suivant la durée de conservation, ou transformées en poudres pour les vaccins à conservation longue, puis conditionnées par lots sur les lignes de conditionnement.
Reste l'étape de conditionnement des lots vaccinaux, également réalisée sur le site nordiste. Une des huit lignes actuellement en activité a été présentée au cours de l’inauguration. Les ouvriers veillent à la stérilité, à la traçabilité des lots et au contrôle de la chaîne du froid. Comme la ligne d'emballages n’est pas réfrigérée, le temps attribué à chaque lot est finement mesuré via des capteurs. Celui-ci ne doit pas dépasser trente heures.

Ludovic Fery

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur