Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

François Lavaste (Airbus DS) : « Je suis convaincu par l’innovation combinatoire »

| | |

Par publié le à 09h00

François Lavaste (Airbus DS) : « Je suis convaincu par l’innovation combinatoire »

François Lavaste est le directeur général de CyberSecurity à Airbus Defence and Space,

Chaque semaine, Industrie & Technologies donne la parole à des personnalités qui ont l'innovation dans la peau. En 12 questions, ces personnes du monde de l'industrie tirent le portrait de cette discipline. Découvrez aujourd'hui le point de vue de François Lavaste, directeur général de CyberSecurity à Airbus Defence and Space, que nous avons rencontré lors des Assises de la sécurité à Monaco.

Quand on vous dit innovation, spontanément vous répondez ?

Créativité, invention et combinaison d’une invention technique avec un business model et un usage derrière.

Votre dernière rencontre avec l’innovation c’était quand et où ?

C’était le week-end dernier, en réfléchissant à la stratégie d’Airbus DS. Il m’est venu une idée d’une solution complémentaire à notre offre. J’ai donc écrit un petit papier que j’ai envoyé à différents membres de l’équipe. Nous allons la tester auprès de nos clients et de nos partenaires pour voir si cette idée technique pourrait se vendre derrière.

Quelle innovation avez-vous dans votre poche ?

Je ne l’ai pas dans la poche, mais autour du poignet. C’est le bracelet des Assises de la sécurité, qu’Airbus DS sponsorise. Il embarque une puce RFID, qui nous permet d’être identifiés lors du salon.

Votre innovation préférée ?

De loin, c’est l’Internet, qui donne la capacité à avoir accès à l’information et de la vérifier.

Et celle que vous détestez ?

Ce n’est pas vraiment une innovation, mais c’est relativement nouveau dans le paysage audiovisuel : la télé réalité. Je trouve totalement insupportable le côté voyeuriste.

Si vous deviez remettre le prix Nobel de l’innovation, quelle personnalité récompenseriez-vous ?

Je dirais Elon Musk. C’est quelqu’un qui a su, dans le monde de l’automobile, créer une société ex nihilo et être disruptif par rapport à une industrie très capitalistique et très difficile d’accès pour des petites entreprises. Il a également une vision qui dépasse celle de l’automobile, avec l’autonomie et l’indépendance.

Et s’il était attribué à une entreprise, laquelle choisiriez-vous ?

Je dirais Airbus. C’est 1000 milliards de carnets de commande, à la fois d’avions (qui vont permettre aux gens de voyager à travers la planète) et de satellites (qui permettent aux êtres humains d’être connectés et d’explorer l’univers). C’est une société qui a un impact phénoménal, en termes de personnes concernées par ses produits futurs.

La qualité qu’il faut cultiver pour innover ?

La curiosité et l’optimisme.

Quel défaut faut-il éviter ?

L’ignorance du passé. Je pense que la bonne innovation est aussi une innovation qui n’ignore pas le passé. Le passé est là, il nous apprend des choses. C’est souvent d’ailleurs la combinaison de différents éléments qui crée une innovation. Il ne faut pas balayer le passé. Il faut s’en servir pour construire le futur.

Citez un livre qui vous a inspiré en matière d’innovation ?

Ce n’est pas un livre c’est un carnet blanc que j’ai toujours dans la poche pour noter les idées, les informations. C’est une capacité de capturer la curiosité.

En matière d’innovation, vous êtes plutôt… Start-up ou grand groupe ?

Start-up. Car le mot risque est associé à l’innovation et les grands groupes n’aiment pas le risque, car ils doivent pouvoir prédire leur avenir de façon la plus précise possible. Ils peuvent prendre des risques à la marge, mais des risques majeurs c’est rare.

Technologie ou service ?

Plutôt technologie à titre personnel.

Continue ou disruptive ?

Il y a extrêmement peu d’innovations disruptives, en particulier dans le domaine de la cybersécurité. Je suis très convaincu par l’innovation combinatoire.

Enfin, de quelle innovation rêvez-vous (pas seulement la nuit) ?

Je rêve d’un jour où les hologrammes 3D seront une réalité. Je rêve d’un jour où on pourra échanger en temps réel, sans lunettes.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur