Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Fermer 17 réacteurs : le bon calcul pour parvenir à 50% d'énergie nucléaire ?

| | |

Par publié le à 13h08

Fermer 17 réacteurs : le bon calcul pour parvenir à 50% d'énergie nucléaire ?

Le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a expliqué lundi 10 juillet  vouloir fermer « jusqu’à 17 réacteurs » nucléaires sur les 58 en fonctionnement. 

Nicolas Hulot a déclaré lundi, sur la radio RTL, vouloir fermer « peut-être jusqu’à 17 réacteurs » afin de respecter la loi sur la transition énergétique, sans toutefois préciser de quels réacteurs il pourrait s’agir, ni à quel horizon. C’est la première fois qu’un membre du gouvernement exprime un chiffre précis de réacteurs à fermer. Ségolène Royal se l’était interdit.

Nicolas Hulot ne s’est pas expliqué sur ce nombre de 17 réacteurs, la France comptant aujourd’hui 58 réacteurs en activité. Toutefois ce chiffre correspond « peut-être »  à peu près au nombre de réacteurs qu’il faudrait effectivement fermer pour passer de 75% de l’électricité fournie par l’énergie nucléaire à 50%. C’est le ratio que prévoit pour 2025 la loi de transition énergétique adoptée en 2015, que Nicolas Hulot reprend à son compte.

Un calcul simple, si l’on fait abstraction du fait que les réacteurs n’ont pas toute la même puissance, montre que 17 réacteurs correspondent à environ 29% des 58 réacteurs. Pour peu que l’on remplace chaque unité fermée par une capacité de production équivalente non nucléaire, fermer 29% de la capacité nucléaire équivaut à passer de 75% à 53,25 % de l’électricité produite. Cette déclaration intervient après la présentation du Plan Climat, dans le cadre duquel le gouvernement s’engage pour l’arrêt définitif des centrales à charbon et pour le développement des énergies renouvelables. Ce seront donc ces dernières qui devront logiquement remplacer les capacités nucléaires fermées. Mais si on table en outre sur une baisse progressive de la consommation d’électricité, il faudrait automatiquement fermer davantage de réacteurs. Aussi, si les associations favorables à une sortie du nucléaire s’estiment contentes de cette déclaration, nombreuses sont celles qui appellent à fermer encore davantage de réacteurs d’ici 2025. D’autant que 34 réacteurs sur les 58 auront alors atteint ou dépassé les 40 ans de fonctionnement. "Si nous voulons atteindre l'objectif, mécaniquement, à mesure que nous allons baisser notre consommation et diversifier notre production, nous allons fermer un certain nombre de réacteurs", a simplement précisé Nicolas Hulot. 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur