Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Falcon Heavy : les secrets technos du lanceur de SpaceX

| | | | |

Par publié le à 12h32

Falcon Heavy : les secrets technos du lanceur de SpaceX

Les deux boosters latéraux de la Falcon Heavy ont été récupérés à Cap Canaveral dans la foulée du lancement du 6 février.

Le vol d'essai réussi de la Falcon Heavy de SpaceX le 6 février, qui a permis de récupérer deux des trois propulseurs, démontre la pertinence de l'approche technologique de rupture visant à réutiliser les lanceurs pour diminuer les coûts. Ce lanceur, le plus gros actuellement opérationnel, ouvre la voie à diverses applications...et permet de tourner les yeux vers Mars. Décryptage.

Space Oddity devait accompagner l’envoi de la Tesla d’Elon Musk dans l’espace. C’est finalement un autre titre de David Bowie qui a été choisi : Life on Mars ? Le vol d’essai du lanceur Falcon Heavy de SpaceX s’est presque entièrement déroulé comme prévu. Le 6 février, à 12h45 heure locale, la plus grosse fusée actuellement en service a décollé du pas de tir 39A du Centre spatial Kennedy, en Floride. Huit minutes plus tard, les deux propulseurs latéraux sont revenus se poser simultanément à Cap Canaveral. Le troisième s’est échoué à 500 km/h dans l’Océan Atlantique à une centaine de mètres de la barge sur laquelle il devait atterrir. Fantaisie du patron de SpaceX, il avait envoyé quelques minutes plus tôt sa charge utile contenant... un mannequin au volant d’une Tesla Roadster.

La voiture d’Elon Musk a été placée en orbite autour de la Terre. Une dernière poussée l'a envoyée vers une orbite héliocentrique qui la fera croiser celle de Mars autour du soleil, sans chercher à se mettre en orbite autour de la planète rouge – une opération qui serait bien plus complexe comme le décryptaient nos confrères du Figaro en décembre dernier, à partir d'un article du blogueur Phil Plait. Le patron de SpaceX a d’ailleurs mis en ligne la trajectoire prévue suite au lancement :

Munis de neuf moteurs Merlin chacun, les trois propulseurs équivalents à des fusées Falcon 9 qui la composent génèrent une poussée de 5 millions de livres. Soit l’équivalent de dix-huit Boeing 747 au décollage. La Falcon Heavy est capable de placer 64 tonnes en orbite basse (environ 300 km) autour de la Terre et 27 tonnes en orbite géostationnaire (36 000 km). Seule la Saturn V était capable de faire mieux. Mais la fusée américaine a cessé son activité en 1973 après avoir placé en orbite autour de la Lune les vaisseaux qui ont permis aux astronautes d’atteindre le sol lunaire.

Interrogé sur le futur de la Falcon Heavy lors d’une conférence de presse suite au lancement, Elon Musk a indiqué qu’elle offrait la possibilité d’envoyer une nouvelle classe de charges utiles : « Elle peut envoyer des charges deux fois plus importantes que n’importe quelle fusée dans le monde et c’est aux clients de décider ce qu’il souhaitent lancer. » Il a ajouté que plusieurs vols commerciaux étaient prévus et qu’ils permettraient de certifier l’utilisation de la Falcon Heavy pour éventuellement lancer des satellites de défense. Selon le site internet de SpaceX, elle peut également envoyer 3,5 tonnes d'équipements vers Pluton et presque 17 tonnes vers Mars.

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Une réaction

phlev
Le 08/02/2018 à 18h14
Falcon Heavy : Félicitations aux équipes ! Prouesse certes mais surtout bel enjeu pour notre Ariane VI : belle et saine concurrence qui alimente(ra) l'innovation ! Bravo à tous :)

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur